France-Algérie : Cevital joue la carte des synergies

le 14.06.14 | 10h00


Le premier groupe privé algérien poursuit son déploiement à l’international. Si Cevital peine à débloquer certains de ses projets en Algérie, le groupe algérien se voit contraint de chercher outre-mer le moyen de concrétiser ses ambitions.


C’est dans cette perspective que Malik Rebrab, l’un des fils de l’infatigable businessman algérien Issad Rebrab et surtout celui qui a hérité de la lourde tâche de gérer le portefeuille industrie du groupe, a confirmé jeudi, au cours d’une conférence de presse à Orléans, des discussions en cours avec le repreneur français du groupe sidérurgique Ascométal pour acheter les terrains du site de Fos-sur-Mer. Le groupe entend ainsi exploiter les 250 hectares de terrain avec accès aux quais du port de Fos-sur-Mer pour y développer un projet industriel intégré. Programme d’abord projeté à Cap Djinet, en Algérie, mais contrarié faute d’autorisation.

Si les discussions avec Franck Supplisson aboutissent, le groupe algérien entend développer la filière sidérurgie vu qu’Ascométal est leader européen de la production d’aciers longs spéciaux destinés aux marchés automobile, roulements, ressorts, pétrole/gaz et mécanique. Cevital ambitionne aussi de réaliser cinq quais, dont deux réservés aux activités de sidérurgie et deux aux agro-industries, vu que Cevital projette de réaliser une unité de trituration de graines oléagineuses et une unité d’éthanol (biocarburant).

Le tout étant bien entendu compris dans une stratégie d’intégration avec le marché algérien. Car il faut le rappeler, c’est le marché algérien — marché naturel du groupe Cevital — qui l’intéresse le plus. D’ailleurs, si les dernières acquisitions du groupe en France impliqueront un impact certain sur l’activité industrielle et l’emploi en France, elles toucheront aussi indirectement le marché algérien. Que ce soit pour Oxxo ou FagorBrandt, l’acquisition des process, technologies et savoir-faire auprès de ces fleurons de l’industrie européenne induira la réalisation d’unités industrielles en Algérie.

C’est ainsi que l’acquisition d’Oxxo s’est faite avec la perspective de la réalisation, à Bordj Bou Arréridj, d’une usine disposant de trois lignes de production de portes et fenêtres en PVC d’une capacité de 2,1 millions d’unités. Il en est de même en ce qui concerne FagorBrandt. Le sauvetage de l’entreprise française en difficulté et le rachat de ces marques prestigieuses dans le marché de l’électroménager profiteront à l’ouverture d’une usine FagorBrandt à Sétif, pour un investissement de 200 millions d’euros.


Melissa Roumadi

El Watan