Le sang ne s’achète ni ne se vend. On le donne ou on le reçoit. Cette générosité inestimable sauve des milliers de vies.

Chaque jour, près de 800 femmes meurent de complications hémorragiques pendant la grossesse ou l’accouchement. Plus de la moitié de ces décès surviennent en Afrique subsaharienne et presque un tiers en Asie du sud. Face à cette réalité, on comprend mieux cet adage "Donner du sang, c’est donner la vie".

En effet, l’accès à des produits sanguins sécurisés et en quantité suffisante, et le recours rationnel et sûr à la transfusion sanguine demeurent encore des défis majeurs dans de nombreux pays du monde.

En choisissant le thème "Un sang sécurisé pour sauver des mères" pour célébrer la journée mondiale du donneur du sang (14 juin), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) voudrait souligner, encore une fois, l’importance de deux aspects de la thérapeutique transfusionnelle, à savoir la sécurité du sang et la problématique des décès des femmes enceintes par manque de sang.

Pour 2014, l'OMS a choisi le Sri Lanka, en tant que pays hôte des manifestations de la Journée mondiale du donneur de sang. Pour ce faire, une manifestation mondiale se tiendra à Colombo ce samedi.

Le Maroc célèbre également cette journée mondiale qui constitue une occasion pour faire le bilan des différentes actions lancées afin de promouvoir la culture du don de sang auprès du grand public.

Au niveau national, le don du sang a connu un essor sans précédent depuis le lancement, en mars 2013 à Fès, de la campagne nationale de don du sang.

Grâce à cette campagne, le pourcentage de dons de la population générale a atteint, pour la première fois, 1 pc, avec près de 314.583 dons, soit une hausse de 26,7 pc par rapport à 2012.

Des chiffres encourageants certes, mais qui doivent être inscrits dans la durée en vue de répondre aux besoins croissants en produits sanguins.

"On ne peut plus admettre des activités de promotion à caractère aléatoire et occasionnel", a affirmé, dans un entretien à la MAP, le directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH), Mohamed Benajiba.

Pour le directeur du CNTSH, "réussir la promotion du don de sang implique obligatoirement la mise en place d’une stratégie basée sur une politique claire visant la sensibilisation et l’éducation au don du sang, des objectifs ambitieux mais mesurables et une compétence reconnue en communication des acteurs qui seront chargés de la mise en pratique de cette stratégie".

Concernant le choix du thème de cette année, M. Benajiba estime que la réduction de la mortalité maternelle secondaire aux hémorragies passe par la fourniture de produits sanguins labiles aux différents services de maternité.

Pour célébrer la journée mondiale des donneurs de sang, le ministère de la Santé a élaboré un programme ambitieux comportant plusieurs actions et manifestations s’étalant sur tout le territoire national pour mettre en valeur le don du sang et son impact direct sur la vie des malades qui ont besoin de transfusion.

Il s’agit d’activités dans les différents centres et banques de sang, notamment à Marrakech, Larache, Meknès, Berkane et Casablanca. La célébration de cette journée sera également l’occasion de distribuer des diplômes et médailles au profit des donneurs réguliers.

M. Benajiba a expliqué que la stratégie nationale du centre s’articule autour de plusieurs axes, à savoir la définition d’une politique nationale en termes de promotion avec la mise en place d’une nouvelle organisation permettant la déclinaison de cette politique, l’identification des populations cibles de donneurs de sang en répertoriant dans une base de données les catégories de donneurs par types de population et en analysant les profils sociodémographiques des donneurs et les caractéristiques du don de sang.

Il s’agit également, selon lui, d’élaborer des stratégies de communication destinées à sensibiliser les donneurs et à établir des partenariats avec les médias, les organismes, les associations et les institutions.

A l'occasion du mois sacré du Ramadan, le CNTSH et la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux envisagent de lancer, début juillet, une campagne de collecte de sang.

Cette opération ayant pour slogan "Poursuivons la campagne pour que la vie continue", se déroulera dans des mosquées de Rabat, Casablanca, Tanger, Tétouan, Béni Mellal, Safi, Meknès, Oujda, Laâyoune, Fès, Marrakech, Errachidia, Ouarzazate, El Jadida, Agadir, Al Hoceima et Kénitra.

Considéré comme un acte humanitaire noble, le don de sang est aussi un devoir et une culture dont l'ancrage permet le resserrement des liens de solidarité entre les citoyens à travers la promotion du principe du bénévolat dans le domaine de la santé.