Duba se prpare depuis plusieurs annes au tarissement de ses ressources en hydrocarbures estim pour 2016 laide dune stratgie conomique adapte.


Tourisme, htels, infrastructures, construction dune image de temple du luxe ; Duba entreprend depuis plusieurs annes maintenant une stratgie conomique de diversification conomique en accord avec ses potentialits. En effet, sur lagenda de ce petit mirat, lanne 2016 reprsente une chance majeure, celle o lre de laprs-ptrole commence. Dans deux ans, lmirat de verre et dacier verra ses ressources ptrolires steindre et atteindre des niveaux de production quasi nuls.

Une information surprenante quand on sait que la fdration dont fait partie Duba, les Emirats arabes unis, produit chaque jour plus de 98,2 millions de barils de ptrole, soit plus du double de la production journalire algrienne. Cependant, en raison de lorganisation fdrale du pays et de lindpendance conomique accorde chacun des mirats, chacun dentre eux gre les rserves dont il dispose et adopte une stratgie conomique adquate. Duba, dont la dcouverte des rserves remonte aux annes 1960, a toujours t lmirat le moins bien loti en termes de rserves ptrolires, il na jamais dispos de plus de 2% des rserves du pays.

Actuellement, les revenus du ptrole ne reprsentent que 6% du produit intrieur brut de Duba. En dpit de cela, cette ville tentaculaire na de cesse de se dvelopper, tel point quelle est devenue la capitale conomique du pays et quelle a gagn le droit dabriter la prochaine Exposition universelle de 2020. Investissements trangers et dveloppement de limmobilier ne sont pas trangers cette rapide et soutenue mutation.

Stratgie

Les investissements trangers ont contribu de moiti au plan de dveloppement de lmirat de Duba, lautre moiti provenant des aides de lEtat fdral ainsi que des ressources propres de lmirat. Celles-ci devant spuiser lhorizon 2016, le rcent boom immobilier et htelier rsulte en ralit dune stratgie pense en amont. Dj en 2010, Hamad Mohammed bin Mejren, manager au sein du ministre du Tourisme du gouvernement de Duba, avait annonc que lemirat tait prt vivre sans ptrole.

Une dclaration qui rpond en ralit une stratgie davantage nationale que locale, comme lexplique Ashraf Laidi, spcialiste des stratgies mondiales de march et dans les pays du Moyen-Orient : Les Emirats arabes unis sont pour linstant la seule nation dans la rgion avoir exploit ses importantes ressources naturelles pour mettre en place une stratgie efficace de dveloppement autour de lexplosion des infrastructures modernes, le but tant de crer une attraction pour les capitaux trangers ainsi que la main-duvre trangre.

En effet, cette dernire reprsente plus de 60% de la population active Duba, quelle soit qualifie comme les nombreux architectes occidentaux qui concourent la cration de la skyline dans lmirat ou alors la main-duvre moins qualifie occupant souvent des postes subalternes, venant des pays dAsie du Sud-Est gnralement. La stratgie de Duba daller chercher les capitaux et les comptences en souvrant sur lextrieur sest avre payant puisque aprs le crash conomique mondial de 2011, la croissance de Duba sest tablie un rythme de 4% par an, un rsultat satisfaisant au regard de la conjoncture conomique mondiale actuelle, estime Ashraf Laidi.

Limites

Pour autant, le modle de dveloppement conomique mene par les autorits de lmirat de Duba nest pas sans faille et repose dune part sur une lgislation ultralibrale et accommodante en matire conomique, et dautre part sur une politique dattractivit des capitaux trangers. Toutefois, comme lexplique un conomiste spcialiste en macroconomie du dveloppement : La voie conomique adopte par Duba et dans une moindre mesure par les Emirats arabes unis est intressante lorsque la situation conomique mondiale est en phase dexpansion, comme cest le cas actuellement depuis environ un an et demi. En revanche, cela cre une dpendance accrue vis--vis des capitaux trangers. Ces derniers, lorsque le march devient plus troit, ont tendance devenir plus volatiles, plus difficiles acqurir et surtout peu enclin servir des projets linternational.

Cest ainsi quen 2009, Duba sest trouv court de liquidits pour rembourser les dettes de sa socit dinvestissement semi-public, Duba World, crant ainsi un climat dinstabilit faisant chuter les valeurs des actions immobilires dans lmirat. Cest Abu Dhabi, cur politique du pays et rgion la plus riche en hydrocarbures du pays, qui est venu la rescousse de Duba en lui accordant une aide financire non remboursable de 10 milliards de dollars. Duba est certes tributaire de la conjoncture des marchs financiers mondiaux, mais compte tenu de sa petite taille, lmirat a maximis ses potentialits afin de prparer laprs-ptrole dune manire efficace et satisfaisante, comme lindique Ashraf Laidi.

Amrane Mahfoud Medjani