Donnez-nous un territoire !

Huit Syriens, dont quatre enfants en bas ge, composant deux familles, sont bloqus dans un no mans land entre lAlgrie et le Maroc.

Mercredi, 14h 30. Un soleil de plomb terrasse les corps frles dtres humains victimes du destin, mais surtout de la btise humaine ! Sobhi Ad, 31 ans, originaire de Homs, na plus de voix : Regardez-nous, nous ne sommes ni ici ni l-bas (allusion faite aux deux territoires qui se font face). On a fait de nous des apatrides. Et dajouter : Nous sommes entrs par lAlgrie, mais ds que nous avons eu vent de la rgularisation des Syriens par le gouvernement marocain, nous avons travers la frontire pour aller Oujda dposer nos dossiers. Sur place, les autorits marocaines nous ont remis un rcpiss de sjour. Cependant, les mmes responsables se sont aperus de lexpiration de nos documents de voyage. Nous avons d donc retourner Alger pour renouveler nos passeports. Cest ce qui a t fait, mais pendant la traverse, on a t arrts par les soldats marocains pour tre refouls vers lAlgrie. Qu cela ne tienne ! Curieusement, les garde-frontires sy sont opposs, motivant leur dcision par le fait que nous sommes rsidents au Maroc. Cest vraiment kafkaen ! Notre interlocuteur affirme quils reoivent la nourriture des GGF algriens.

Fawzia, pouse du frre de Sobhi et maman de la petite Afinate, un an et demi, gravement malade, arrive difficilement se confier : Jai du mal croire que nous sommes dans une situation de prisonniers, parce que cest le cas mme si nous sommes en plein air et sans hostilit des uns et des autres. Ltat de sant de ma fille est trs inquitant. On ne peut pas lvacuer vers une structure hospitalire ni en Algrie ni au Maroc, puisque les deux pays nous refusent. Notre seule demande cest de nous permettre de nous dplacer de ces lieux inhospitaliers le plus vite possible dans nimporte quelle direction. Nous souhaitons simplement aller dans un pays pour survivre dignement et dcemment, soigner notre fille et nous viter des lendemains incertains.

Bizarrement, au moment o nous nous apprtons retourner Maghnia, nous avons failli tre arrts par les gardes-frontires pour le dlit dimmigration clandestine. Et dire que nous tions en territoire algrien ! Afinate, Fawzia, Sobhi interpellent le monde  : Donnez-nous un territoire !

Chahredine Berriah-El Watan