Le Hamas retiré de la liste des organisations terroristes par l’UE

La cour de Justice européenne a tranché et décidé d’annuler l’inscription du Hamas dans la liste des organisations terroristes interdites par l’Union Européenne. Depuis Décembre 2001, l’Union Européenne avait classé le Hamas parmi la liste des organisations terroristes empêchant ainsi tout lien ou activité en Europe du Hamas ainsi que le gel de ses avoirs. […]






La cour de Justice européenne a tranché et décidé d’annuler l’inscription du Hamas dans la liste des organisations terroristes interdites par l’Union Européenne.
Depuis Décembre 2001, l’Union Européenne avait classé le Hamas parmi la liste des organisations terroristes empêchant ainsi tout lien ou activité en Europe du Hamas ainsi que le gel de ses avoirs.

L’Union européenne avait d’abord interdit l’aile militaire du Hamas, Izz a- Din al- Qassam, les entités sociales et politiques de l’organisation n’avaient pas été mises sur la liste. C’est seulement après une série d’attentats-suicides au cours de la seconde intifada en Septembre 2003, que l’UE a décidé d’inclure l’organisation dans son ensemble.

Le 12 Septembre 2010, le Hamas a fait appel de l’interdiction, en grande partie pour des raisons de procédure. Dans sa plainte, le groupe a cité une irrégularité de procédure, notamment sur le fait qu’il n’avait pas été correctement informé de l’interdiction. Il a en outre affirmé qu’étant un « gouvernement légitimement élu, » il ne pouvait pas être étiqueté comme une organisation terroriste, une telle désignation allant à l’encontre du «principe de non- ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat ».

C’est un revers pour les gouvernements européens, promptes a défendre les intérêts d’Israël et nier les choix démocratiques du peuple palestinien. Malheureusement, la Cour de justice précise que cette annulation « n’implique aucune appréciation de fond sur la question de la qualification du mouvement Hamas de groupe terroriste ».

Rappelons que le 26 janvier 2006, le Hamas remportait démocratiquement les élections législatives palestiniennes. Cette victoire du Hamas a été possible dans la mesure où ses dirigeants n’étaient pas soupçonnés de corruption mais aussi en raison de ses actions sociales et caritatives sur le terrain, en particulier vers les enfants et les pauvres. En dépit de cette victoire démocratique, la communauté internationale occidentale refusa de traiter avec le gouvernement du Hamas et ira même jusqu’à la suspension temporaire des aides à la Palestine.
Comme si Israël s’attendait à cette décision, elle a lancé depuis hier une campagne anti Hamas sur twitter via les comptes officiel du Premier ministre et du ministère des affaires étrangères israélien traitant le Hamas de meurtrier en les assimilant à Daech.

Quand on se rappelle les 469 enfants morts pendant les bombardements à Gaza que Human Right a qualifié de crime de guerre on se demande qui est vraiment l’organisation terroriste…

Ces publications interviennent aussi alors que les Palestiniens menacent de déposer dès mercredi, via la Jordanie, un projet de résolution devant les Nations unies réclamant la fin de l’occupation israélienne dans un délai de deux ans.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ce que dit l'europe

Le Hamas demeure "une organisation terroriste"







L'Union européenne "considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste", et envisage de faire appel de la décision de la Cour de justice de le retirer de sa liste noire, a indiqué mercredi la Commission européenne.



Ce retrait "est une décision légale et non une décision politique prise par les gouvernements de l'UE", qui "prendra en temps voulu les actions correctives appropriées, y compris un appel éventuel", a déclaré la Commission dans un communiqué.

"Organisation terroriste"
"L'Union européenne considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste", a souligné lors d'un point de presse Maja Kocijancic, porte-parole de la Commission en charge des Affaires étrangères. "La décision légale est clairement fondée sur des questions de procédure et n'implique aucune évaluation par le Tribunal des raisons de fond de la désignation du Hamas comme organisation terroriste", a-t-elle insisté.

Gel des avoirs
Elle a rappelé que le Tribunal avait ordonné le maintien temporaire du gel des avoirs du Hamas dans l'UE découlant de son inscription depuis 2011 sur la liste terroriste de l'UE. "Dans le cas d'un appel", que l'UE a deux mois pour interjeter, ces "mesures restrictives restent en place" jusqu'à la décision de la Cour, a-t-elle rappelé.