Non contagieux, l'aphte est une lésion blanchâtre de la muqueuse buccale. Qui peut être très douloureuse. Comment le traiter


Qu'est-ce que c'est ?

D'une taille de 2 à 10 mm, il présente un fond jaunâtre ou grisâtre bien rond, à bords nets, entouré d'une inflammation rouge vif. Il occasionne une sensation de brûlure et apparaît généralement sur la langue, le plancher buccal, les gencives, le palais ou encore l'intérieur des joues. Dans la grande majorité des cas, l'aphte est une affection bénigne et ponctuelle qui disparaît spontanément en une à deux semaines.

Existe-t-il des complications ?

Si plusieurs aphtes reviennent de façon régulière, on parle d'aphtose buccale récidivante ou de stomatite aphteuse. Il existe diverses formes :
• mineure : de 1 à 5 ulcères de forme ovale (de 2 mm à 1 cm de diamètre) qui guérissent naturellement en 7 à 14 jours sans laisser de cicatrice ; cette forme est la plus fréquente (80 % des cas),
• majeure : des ulcères de plus grande taille (plus de 1 cm de diamètre), au contour irrégulier, qui peuvent prendre 6 semaines à guérir et laissent souvent des cicatrices,
• herpétiforme : de 10 à 100 minuscules ulcères (moins de 3 mm de diamètre) aux contours irréguliers qui se regroupent peu à peu, puis forment une zone ulcéreuse, qui persiste de 1 à 2 semaines sans laisser de cicatrice.

Les aphtes peuvent également être un symptôme d'une autre maladie comme la tuberculose, la mononucléose infectieuse, certaines infections bactériennes à streptocoques, une carence en vitamine A ou en acide folique ou encore la toxoplasmose.

Comment ça s'explique ?

L'origine d'un aphte isolé de tout autre symptôme n'est pas clairement établie. Certains facteurs semblent toutefois déclencher les symptômes chez les personnes atteintes d'aphtose :
- une petite blessure à l'intérieur de la bouche,
- de la fatigue physique et du stress,
- des allergies ou des sensibilités alimentaires ; on rapporte dans la littérature scientifique un lien entre la récurrence des aphtes et des allergies ou des sensibilités alimentaires (café, chocolat, œufs, noix, gruyère...),
- une carence alimentaire en vitamine B12, zinc, acide folique ou fer,
- le sevrage tabagique,
- une infection par la bactérie Helicobacter pylori,
- certains médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène et autres), les bêtabloquants et l'alendronate (contre l'ostéoporose),
- des changements hormonaux liés à la grossesse, au cycle menstruel ou à la ménopause chez les femmes.

Quels sont les symptômes ?

L'aphte évolue en quatre phases.

1. Vingt-quatre heures avant son apparition, des picotements et une sensation de brûlure peuvent être ressentis : c'est la phase initiale.

2. La phase ulcéreuse lui succède. L'aphte apparaît sous la forme d'une vésicule (bulle remplie d'un liquide clair), d'une tâche rouge ou rosée sans relief ou d'une petite surélévation de la muqueuse sans liquide.

3. Ensuite, la vésicule, qui est très fragile, se perce : cette phase d'ulcération se manifeste par une douleur brûlante. L'ulcération est généralement arrondie ou ovale, de la taille d'une tête d'épingle à celle d'une lentille. Elle se creuse en cratère, avec des bords plus ou moins relevés.

4. Enfin, la phase de cicatrisation se déroule en une à deux semaines pendant lesquelles l'aphte s'atténue, s'aplatit spontanément et disparaît sans laisser de cicatrise.

Quel traitement ?

En général, les aphtes guérissent spontanément en quelques jours et ne nécessitent donc pas de traitement. Toutefois, si la douleur est trop importante, notamment lors des repas, il est possible de prendre un médicament antalgique de type paracétamol.

En outre, certains traitements locaux antiseptiques et anti-inflammatoires peuvent également soulager la douleur et éviter les surinfections.

Quand faut-il consulter ?

Une maladie peut être à l'origine d'aphtes buccaux sévères persistant. Il faut consulter son médecin si d'autres signes accompagnent la survenue des aphtes, tels que :
• de la fièvre, une fatigue intense,
• de lésions très nombreuses dans la bouche (plus de 10),
• des symptômes inhabituels (diarrhée, douleurs articulaires, maux de tête),
• un temps de cicatrisation supérieur à deux semaines,
• un aphte de plus de 1 cm de diamètre,
• des aphtes à un autre endroit, en particulier au niveau des organes génitaux ou des lésions cutanées apparues récemment.

Il faut également signaler au médecin des poussées d'aphtes qui récidivent plus de quatre fois par an

le nouvel obs