Un protocole d’accord a été signé récemment, entre la Bourse de Casablanca (BC) et la Bourse de Tunis, annonce lundi un communiqué de la BC.


Ce protocole d'accord a été signé lors de la visite officielle effectuée par SM le Roi Mohammed VI en Tunisie, à l'invitation du Président Mohamed Moncef Marzouki. En vertu de ce protocole d’accord, les deux bourses s’engagent à renforcer les liens de coopération autour de quatre axes principaux, à savoir l’échange d’informations et d’expériences, la formation et l’assistance technique, la promotion de la culture boursière outre le développement des doubles cotations, a précisé le communiqué.
Cité dans le communiqué, le Directeur Général de la Bourse de Casablanca, Karim Hajji, "s’est félicité de la signature de ce protocole d’accord qui nous fait assumer de nouvelles responsabilités pour aider nos pays à relever les multiples défis de développement".
"Nos marchés boursiers regorgent de potentialités et nous œuvrons ensemble pour permettre aux entreprises des deux pays d’y trouver les sources de financement nécessaires à leur développement et leur rayonnement régional et international", a-t-il ajouté. "Nous avons réalisé conjointement par le passé des actions de rapprochement qui méritent davantage d’efforts pour les accélérer et les concrétiser. Nous disposons désormais du cadre idoine et de la volonté politique nécessaire pour atteindre nos objectifs", a-t-il poursuivi.
Concorde entre les deux places
De son côté, le Directeur Général de la Bourse de Tunis, Mohamed Bichiou, a indiqué que ce protocole d’accord, qui consolide au demeurant une coopération déjà bien établie entre les Bourses de Tunis et de Casablanca, consacre également la concorde entre les deux places qui ont toujours partagé la même vision, la même approche, les mêmes pratiques de marché et les mêmes ambitions.
Le responsable a rappelé, dans ce cadre, que les deux bourses ont constitué, depuis 2009, un comité technique permanent pour harmoniser les règles et techniques de marché, notant que ce protocole ne manquera pas d’envoyer un signal fort aux investisseurs des deux pays dans la mesure où il contribue à harmoniser l’environnement des affaires dans les deux pays et à renforcer les échanges économiques entre les deux pays.
Et M. Bichiou de conclure : cet accord est une contribution à l’édification d’un espace financier maghrébin capable de soutenir l’intégration financière et économique maghrébine que notre histoire et notre identité communes rendent inéluctable.