Amsterdam, 12 juin 2014 (MAP) - Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte a annoncé mercredi son intention d’ouvrir des négociations au "plus haut niveau" avec le parti Democrate66 et les Verts +GroenLinks+ pour sauver le plan de sa coalition relatif à la fusion de trois grandes provinces.
La coalition gouvernementale, composée des libéraux (VVD) et des Travaillistes (PvdA), semblent déterminer à mettre à exécution son projet de regroupement de la Hollande septentrionale, du Flevoland et d'Utrecht en une seule super-province, malgré le refus des autorités provinciales.
Cette mesure qualifiée par les représentants des provinces en question comme étant une "expérience trop rapide sans vision", a pour but de renforcer l'efficacité et réduire les coûts des gouvernements provinciaux.
Les provinces concernées s'opposent à ce plan parce que le gouvernement "n'a pas pu nous expliquer quelle était la valeur ajoutée de la constitution de cinq unités territoriales, quels problèmes seraient ainsi résolus et quel serait le rôle de ces nouvelles structures administratives".
Le Sénat avait déjà rejeté l’idée, qui s’inscrit dans le cadre d’un "plan de décentralisation" basé sur le renforcement d'une coopération intercommunale. Une motion déposée par le parti Appel Chrétien-Démocrate (CDA) pour le gel du projet a été appuyée par la majorité des membres du Sénat. La présidente de l'association des communes néerlandaises (VNG), Anne-Marie Jorritsma, avait par ailleurs souligné que "les plans de Plasterk ne marcheront pas", ajoutant que la mise en œuvre d'un tel plan serait "contreproductive" pour la coopération dans le secteur social très touché par les mesures d'austérité prises par le gouvernement Rutte espère que les pourparlers avec le D66 et les Verts puissent garantir une majorité des voix en faveur du plan, sachant que le gouvernement a besoin du soutien de l’opposition au Sénat.
YS---BI AR