par Ziad al Sinjary

MOSSOUL Irak (Reuters) - Le Premier ministre irakien, Nouri al Maliki, a demand mardi au Parlement de dcrter l'tat d'urgence en Irak aprs la prise de la majeure partie de Mossoul, deuxime ville du pays, par les insurgs sunnites de l'Etat islamique en Irak et au Levant.

Les rebelles de l'EIIL, groupe dissident d'Al Qada, et leurs allis ont attaqu une base militaire et libr plusieurs centaines de prisonniers mardi lors d'une spectaculaire opration.

Mossoul et plusieurs autres villes du nord de l'Irak dans la province de Ninive sont le thtre de violents affrontements entre les rebelles sunnites et les forces du gouvernement dirig par le chiite Al Maliki.

Le passage de Mossoul sous le contrle de l'EIIL constitue un svre revers pour le pouvoir central Bagdad car il confirme que les sunnites continuent de reconqurir du terrain depuis une anne.

D'autres lments de cette organisation ont franchi la frontire pour venir se mler au conflit syrien et enregistrent depuis six semaines des gains importants dans l'est de la Syrie.

A Mossoul, des responsables militaires et policiers ont dit Reuters que les rebelles de l'EIIL, disposant d'armes antiariennes et de lance-roquettes, avaient pris possession de la plupart des points de contrle que tenaient les forces de scurit dans la ville et sa priphrie.

"Nous avons perdu Mossoul, ce matin. L'arme et les forces de police ont abandonn leurs positions et les terroristes de l'EIIL disposent d'un contrle complet", a dit un colonel de l'arme. "C'est un effondrement total de nos forces de scurit."

L'ordre d'vacuation a t donn aprs la prise de la base militaire de Ghizlani au sud de la ville et la libration de quelque 200 dtenus d'une prison de haute scurit.

Militaires et policiers ont mis le feu des dpts de carburant et de munitions avant de s'enfuir afin d'empcher les activistes de s'en emparer.

SOLDATS DMORALISS

Deux sources policires et une source gouvernementale ont prcis que les assaillants ont galement libr un millier de dtenus d'une autre prison.

Des milliers de familles ont commenc fuir leur domicile pour tenter de gagner la rgion autonome du Kurdistan, frontalire de la province de Ninive dont Mossoul est la capitale.

"Mossoul ressemble un enfer. La ville est en feu", a dclar Amina Ibrahim qui s'est enfuie avec ses enfants. "Mon mari est mort dans l'explosion d'une bombe l'an pass. Je ne veux pas que mes enfants subissent le mme sort".

Des officiers de l'arme ont expliqu que leurs soldats taient totalement dmoraliss et n'avaient plus la force de combattre les insurgs.

"Nous ne pouvons pas les vaincre. C'est impossible. Ils sont parfaitement entrans la gurilla urbaine et nous ne le sommes pas. Ils nous faudrait toute une arme pour les chasser de Mossoul", a ajout cet officier.

Cette instabilit dans le nord de l'Irak a des rpercussions en Turquie, toute proche.

Les autorits turques ont ouvert une enqute sur l'enlvement de 28 chauffeurs de poids-lourds qui convoyaient du carburant du port d'Iskenderun vers une centrale lectrique de Mossoul.

Les mdias turcs rapportent que les chauffeurs ont t enlevs par des insurgs de l'EIIL. Le gouvernement d'Ankara cherche obtenir la confirmation de cette information par les voies consulaires.

(Avec Raheem Salman et Ahmed Rasheed Bagdad, Nick Tattersall Istanbul, Pierre Srisier pour le service franais)




Reuters