De retour d'une visite Alger, Laurent Fabius a affirm mardi que le juge franais Marc Trvidic, charg de l'enqute sur l'assassinat des moines de Tibhirine, pourrait tre autoris se rendre en Algrie "dans les jours qui viennent".
Le juge Trvidic va-t-il enfin pouvoir se rendre en Algrie ? C'est en tout cas ce qu'a affirm, mardi 10 juin, le ministre franais des Affaires trangres Laurent Fabius, de retour d'une visite officielle Alger. Selon lui, le juge antiterroriste, charg de l'enqute sur l'assassinat des moines franais de Tibhirine en 1996, pourrait tre autoris se rendre en Algrie trs prochainement.
"Je pense qu'il va pouvoir y aller dans les jours qui viennent", a dclar Laurent Fabius sur France Inter, prcisant avoir abord le sujet avec le Premier ministre algrien Abdelmalek Sellal et avec son homologue Ramtane Lamamra.
Faute d'autorisation d'Alger, le juge Trvidic n'avait pas pu se rendre comme prvu fin mai Tibhirine. Une visite avait dj t reporte fin fvrier. Il doit s'y rendre avec des experts pour faire exhumer et expertiser les ttes des sept moines, enlevs dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastre prs de Medea (nord-ouest).
"Il parle trs faiblement donc il a un petit micro pour parler"
Le rapt des religieux avait t revendiqu par le GIA (Groupe islamique arm), mais l'enqute s'est aussi oriente vers une possible bavure de l'arme algrienne. Fin 2013, Alger avait donn son feu vert aux expertises demandes par le juge Trvidic, mais refus l'audition d'une vingtaine de tmoins.
Laurent Fabius a effectu dimanche et lundi une visite officielle Alger, centre sur les changes conomiques et les questions de scurit dans le Sahel. Il a notamment rencontr le prsident Abdelaziz Bouteflika, rlu en avril pour un quatrime mandat malgr ses ennuis de sant. "Je l'ai vu hier pendant une heure et demie. Il a une grande alacrit intellectuelle mais il a un problme d'locution, il parle trs faiblement donc il a un petit micro pour parler", a-t-il racont, voquant "une difficult physique vidente". "Mais je l'ai trouv trs au fait de ce qui se passe", a ajout le chef de la diplomatie franaise.
jeune afrique