Le ministre de lIndustrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, a bombard, hier, larme lourde lhomme daffaires Issad Rebrab. Il a recouru des propos durs et lourds de signification pour dcrire sa colre contre la premire fortune du pays. Permettez-moi de me prononcer une dernire fois sur le sujet de Monsieur Rebrab qui est la tte du premier groupe industriel algrien class par les institutions internationales.


Il est un niveau de capitalisation de plus 4 milliards de dollars. Et cela nest pas le rsultat du hasard ni un cadeau du Saint-Esprit , a-t-il rtorqu devant la presse qui la interrog, en marge de la rencontre conomique algro-franaise Alger, tenue la rsidence Djenane El Mithaq. Le processus de victimisation doit sarrter , a-t-il dit quant aux dernires dclarations dIssad Rebrab propos de ses projets dinvestissements rests en suspens au niveau du Conseil national dinvestissement prsid par le Premier ministre. En sadressant directement au concern, il dira : Basta ! Y en a marre de cette politique. En outre, il rappelle que le groupe Cevital est le premier groupe industriel du pays et de trs loin par rapport aux autres. S il est arriv ce stade, cest parce quil a bnfici de laide de lEtat, voire des appuis continus de lEtat , a-t-il dclar avant denchaner : Beaucoup doprateurs algriens voudraient bien quils soient discrimins positivement comme il la t lui , a-t-il avou devant les journalistes qui sinterrogeaient sur le type de discrimination positive laquelle a eu droit lhomme daffaires le plus fortun dAlgrie, voire dAfrique du Nord. Sur un ton lev, le ministre a demand aux journalistes de ne plus linterroger sur le sujet. Sil vous plat, je ne veux plus intervenir sur ce sujet, ma feuille de route nest pas celle de Rebrab , a-t-il lanc tout en prcisant que ma feuille de route consiste crer des chances pour que lindustrie algrienne aille de lavant. Cest fini la victimisation, cest un procd vieux quon connat tous. On ne peut pas continuer agir comme a. On ne peut pas dire que lEtat le mprise, cest faux , a-t-il dclar, avant de revenir sur laffaire Michelin pour dire que ce dossier est dfinitivement clos, sans toutefois vouloir prciser comment il a t class par les pouvoirs publics. Le paradoxe, cest que ces dclarations interviennent quelques jours seulement aprs la sortie mdiatique de Rebrab, qui qualifiait de positive la dsignation dAbdesselam Bouchouareb la tte du ministre de lIndustrie et des Mines. Notons que le PDG de Cevital se plaint depuis un moment de ce quil qualifie de blocages administratifs qui freinent le dveloppement de son groupe en Algrie. Parmi ces projets, il cite lusine Michelin, la zone industrielle de Cap Djinet et lextension de son complexe agroalimentaire Bjaa.
reporters.dz