Achat de voitures neuves et d’occasion : la “promesse tenue”, la formule qui fait fureur en Algérie.

Acheter une voiture neuve à des prix beaucoup plus bas que ceux proposés par les concessionnaires automobiles et les showrooms, c’est désormais possible en Algérie. Un homme d’affaires algérien a inventé une nouvelle formule qui rend possible une telle opportunité. “La promesse tenue”, c’est le nom de cette formule qui fait fureur en Algérie.

S’il y a bien un homme d’affaire qui fait parler de lui ces derniers temps en Algérie, c’est bien Salah Moulay. Cet homme est le propriétaire d’un grand marché automobile à Sour El Ghozlane, dans la wilaya de Bouira, située à plus de 140 Km de la capitale Alger. Un marché qui attire ces derniers mois les commerçants, vendeurs, acheteurs, amoureux des voitures, de toutes les régions du pays. Le succès est tel qu’il suscite aujourd’hui les doutes et les soupçons. En effet, grâce à sa formule magique appelée Al Wa3d Essadek (“La promesse tenue”), Salah Moulay est devenu une véritable star qui intrigue les médias.

Et pour cause : Il achète des voitures à des prix plutôt élevés afin de les revendre à d’autres clients à des prix moins chers. Oui, il vend à perte les voitures qu’il achète lui-même. Comment fait-il ? Il négocie d’abord le prix avec le propriétaire du véhicule. Une fois le premier fixé, même s’il est élévé, le propriétaire déposera sa voiture dans le marché de Salah Moulay et reviendra le voir 45 jours plus tard pour récupérer son argent. En attendant, un bon lui sera délivré par la suite. Cacheté en arabe « El waâd El sadeq» (“la promesse tenue”), ce bon est la garantie fournie au vendeur pour que ce dernier récupère son dû. Toutes les opérations d’achats dans ce marché automobile sont conditionnées par cette formule. L’acquéreur doit patienter 45 jours pour pouvoir récupérer son argent, tout en laissant son véhicule à la disposition de Salah Moulay et sa centaine d’employés qui vont expertiser d’abord le véhicule avant de le proposer, par la suite, à la revente à un prix moins élevé que le prix conclu au préalable avec le propriétaire réel de la voiture.

Inutile de dire qu’au regard de son prix alléchant, ce véhicule sera écoulé en un temps record. Et c’est ainsi que fonctionne au quotidien ce marché automobile. Pour éclaircir les mécanismes de son business, Salah Moulay a tenté de lever le doute en expliquant, dans une déclaration au quotidien arabophone «Wakt El Djazair», que s’il vend ses véhicules à un prix inférieur à celui de l’achat, c’est pour la simple raison que ses bénéfices sont réalisés dans d’autres secteurs. Effectivement, pendant les 45 jours fixés pour remettre l’argent aux propriétaires des véhicules vendus dans le marché, l’homme d’affaires investit toutes ses sommes dans d’autres créneaux, notamment le foncier et l’immobilier. C’est pour cela qu’il ne s’attarde pas sur les bénéfices des transactions commerciales liées à l’achat et la vente de voitures neuves ou d’occasion.


En dépit de ses explications, Salah Moulay continue d’attirer l’attention des autorités notamment des services de la direction du commerce de la wilaya de Bouira et des services des impôts lesquels ont diligenté des enquêtes sur le business de cet homme d’affaires atypique. Mais face à ces menaces, Salah Moulay affiche sa sérénité et se vante d’avoir créé à Sour El Ghouzlane pas moins de 150 postes d’emploi directs. En plus, il n’hésite pas à financer des actions de charité pour soigner son image. Salah Moulay affirme haut et fort qu’à travers sa formule, “la promesse tenue”, il espère transformer sa bourgade en une localité prospère. Il envisage de se lancer dans plusieurs projets, dont l’immobilier. Il promet même d’y construire des appartements gratuits pour les plus nécessiteux. Comme quoi, on a pas encore fini d’entendre parler de cet investisseur hors du commun

Algérie / 30-01-2014 .