Le constructeur allemand révolutionne l'intérieur de sa TT en remplaçant les compteurs par un écran


La nouvelle Audi TT est sortie. Le petit bolide allemand en est à sa troisième génération, et époque oblige, c’est un véhicule qui renferme de nombreuses nouveautés technologiques impressionnantes.
A commencer par la plus importante : le Virtual Cockpit. Cette évolution est d’ailleurs plutôt à considérer comme une vraie révolution. En effet, imaginez que l’on supprime les classiques compteurs de vitesse et compte-tours de votre voiture pour les remplacer par un seul et unique écran qui occupe toute la largeur du tableau de bord !
C’est ce que propose Audi dans la nouvelle TT, disponible depuis le 6 novembre 2014. Nous avons eu la chance de pouvoir tester ce joli bébé pendant une petite journée grâce à Audi France.



Passons rapidement sur le côté voiture sportive, qui ne ne peut pas laisser indifférent. Ayant déjà conduit une TT, première génération, j’ai noté une évolution significative sur le confort, la tenue de route, et surtout l’espace vital dans le véhicule.
Rappelons que la TT est l’une des rares voitures à avoir été d’abord présentée comme un prototype avant d’être commercialisée telle quelle. Le prototype a été présenté en 1995 et la première TT a été mise en vente en 1998.
La nouvelle TT a des formes plus racées, tout en cumulant les superlatifs. Plus légère, plus endurante, une consommation étonnamment basse pour ce type de véhicule (à partir de 4,2L litres aux 100km pour le moteur 2.0 TDI 184 chevaux), une dynamique exceptionnelle, et un moteur très silencieux, du moins depuis l’intérieur, et dans la version Quattro 230 chevaux S-tronic que nous avons testé (boite automatique).



Un détail amusant : certains clients Audi regrettent le relatif silence du moteur. Pour leur faire plaisir, Audi a intégré un système audio qui produit le son artificiel d’un puissant moteur, et le conducteur habitué aux gros ronronnements ne se sentira donc pas floué, et même rassuré !
Avant d’aller plus loin, rappelons que le ticket d’entrée pour la TT 2014 est de 39 900 €. Il s’agit du modèle de base (hihi) à 184 chevaux. La version la plus musclée est affichée à 57 700 euros pour un moteur de 310 chevaux en version Quattro S Line et boite auto. Et si jamais vous vous posez la question : non, je ne suis pas reparti avec….



Le Virtual Cockpit : une révolution derrière le volant

Mais la nouveauté la plus marquante de cette 3ème génération d’Audi TT est son Virtual Cockpit. Audi propose donc de centraliser plusieurs éléments vitaux du tableau de bord, comme le GPS, le compteur de vitesse, le compte-tours, le monitoring des fonctions média de la voiture, et de tout réunir dans un seul et unique large écran de 12,3″ situé derrière le volant.
Audi en a profité pour supprimer les éléments qui étaient situés auparavant sur la console centrale de la voiture. Tout est désormais face au conducteur. La TT n’a jamais été une voiture familiale, mais elle devient encore plus personnelle, puisque le passager ne verra donc plus le GPS ni les infos sur la musique diffusée aussi facilement qu’auparavant.
En revanche, pour le conducteur, l’accès est toujours aussi facilité par la surface tactile à sa droite. Cette surface ronde permet la reconnaissance de caractère lorsqu’on écrit sur sa partie supérieure avec son doigt. Elle est aussi dotée d’une roue crantée pour naviguer dans les menus.
Chez d’autres constructeurs, l’évolution passe souvent par des écrans tactiles pour accéder aux diverses fonctionnalités de navigation et de contrôle des médias. Mais chez Audi, hors de question de laisser des traces de doigts sur un écran : « Pas d’écran tactile dans nos voitures », comme l’indique notre hôte chez Audi France.



Un CPU quadcore NiVidia Tegra 30 au coeur du Virtual Cockpit

Le Virtual Cockpit prend donc une place majeure derrière le volant, et grâce à son grand écran, le conducteur pour choisir deux types de vues différentes.
En mode classique, la carte de navigation est au centre mais elle est assez réduite. Car la plus grande place est faite aux deux compteurs. A gauche, le compte-tours, et à droite le compteur de vitesse, qui peut aussi afficher les indications de navigation du GPS. Sur la partie haute de l’écran, on note les infos sur le média diffusé. a noter que la partie audio est assurée par Bang & Olufsen.
En mode Infotainment, tout change. Les compteurs deviennent beaucoup plus petits et la place la plus importante est réservée à la navigation.
A tout moment, et quel que soit le mode choisi, le centre de l’écran peut aussi servir à diffuser d’autres types d’informations, comme la sélection des radios, des contacts du téléphone relié en bluetooth, ou des fonctions de configuration de la voiture. Lorsque le modèle en est équipé, l’écran peut aussi afficher la vidéo filmée par les caméras de recul à l’arrière.
Bien entendu, pour assurer des fonctions aussi majeures que le contrôle de la route et de la vitesse, il était impératif de ne pas bâcler la partie hardware. ici, pas de place aux temps de latence, l’affichage doit être immédiat et sans aucun ralentissement.
Pour s’assurer d’une réactivité exemplaire, Audi a donc choisi d’équiper le coeur du Virtual Cockpit d’un processeur quadcore NVidia Tegra 30, de la série Tegra 3, et qui assure également un affichage à 60 images par secondes.



Notre journée a été assez riche, entre la conduite sur les routes et autoroutes d’Ile de France et les longues discussions avec les équipes de Audi. Mais du coup, nous avons manqué de temps pour filmer le Virtual Cockpit en détail. Voici donc un aperçu avec cette vidéo qui nous vient de Audi UK. On aurait pu le faire, mais nous avons manqué de temps…



Un grand merci à Audi France pour cette belle journée !

Et je ne peux ne pas vous laisser sans vous faire partager cette magnifique reproduction au 1/2 d’une Auto Union Type C, qui faisait partie des flèches d’argent dans les années 30, et dont le logo préfigure de la marque qui deviendra plus tard celle que nous connaissons mieux sous le nom de Audi.



Crédits Photos : Nicolas Catard