Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : istock_000020662105_medium.jpg 
Affichages : 4 
Taille : 51.1 Ko 
ID : 8621
Les crises de pleurs et les cris des tout-petits sont parfois difficiles à calmer, surtout dans des moments de stress comme le matin avant de partir à l’école. Découvrez quelques techniques utiles.

L’enfant a du mal à identifier ses émotions et, pour évacuer sa frustration et son impuissance, sa colère éclate. Ou alors, il l’utilise comme moyen de pression sur ses parents pour avoir de l’attention. Quelle que soit la raison, lui apprendre à gérer ses émotions lui sera certainement utile dans sa vie d’adulte. Ce travail n’est pas facile. Les petits ont le don de piquer des crises pile au moment où nous sommes en retard pour l’école, au restaurant avec la belle-famille ou en plein milieu du supermarché.
Il va donc falloir faire preuve de patience pour lui donner le bon exemple en restant vous-même très calme, quitte à vous isoler pendant quelques minutes pour mieux contrôler vos nerfs. Voici quelques conseils pour limiter l’escalade des cris et l’exaspération
Écouter

Il suffit parfois de s’accroupir au niveau de l’enfant, lui demander qu’est-ce qui ne va pas (même si vous le savez déjà), et l’écouter nous raconter ses soucis avec ses propres mots. Lui donner deux minutes d’attention en douceur, sans l’agresser, peut éviter vingt minutes de crise. En grandissant, les sentiments deviennent de plus en plus difficiles à vivre. Inutile de lui mentir en lui disant que les adultes ne sont jamais en colère et qu’il doit apprendre à se taire, mais encouragez-le plutôt à faire part de son ressenti par des mots au lieu que par la violence. Exprimez vous-même vos émotions pour lui donner l’exemple et rassurez-le.
Comprendre

Une fois que vous avez entendu ce qui chagrine ou frustre votre enfant, faites-lui savoir que vous le comprenez et proposez-lui de trouver une solution ensemble. Vous êtes dans la même équipe, vous voulez la même chose : que sa colère cesse. En l’impliquant dans la recherche de solutions, vous le responsabilisez en évitant de l’isoler et de créer un rapport de force inutile.
Chuchoter

Votre enfant crie tellement fort que vous n’arrivez pas à discuter avec lui ? Accroupissez-vous près de lui et chuchotez-lui quelque chose. La curiosité va le pousser à se calmer pour vous écouter. Dites-lui, sur le ton du secret, que vous comprenez sa colère et que vous allez trouver une solution ensemble.
Anticiper

Si les crises de nerfs ont lieu souvent dans les mêmes situations qui vous stressent et vous empêchent de bien gérer la colère de votre enfant, essayez de prévoir. Levez-vous plus tôt le matin pour avoir le temps d’apaiser sa colère, partez plus tôt au supermarché…essayez de vous organiser au mieux.
Faire abstraction

Les regards des personnes autour de vous peuvent ajouter de la pression et du stress. Ignorez-les. Ceux qui ont des enfants comprennent votre situation, et ceux qui n’en ont pas comprendrons un jour (ou pas). Concentrez-vous sur votre enfant, oubliez le reste, et rappelez-vous que le parent parfait n’existe pas.