Qui osera rcuprer les archives de la guerre dAlgrie gares en Suisse ?

Guerre dindpendance. Qui se souvient du rle central qua jou la ville suisse dYverdon dans la Rvolution algrienne, plus de 50 ans aprs lindpendance du pays ? Retour sur cette page mconnue de lhistoire.

Ce jour de septembre 2005, Henri Cornaz (1920-2008) avait du mal cacher sa dception dans limmense centre darchives dAlger. Limprimeur dYverdon, ville situe en Suisse romande, venait de proposer aux autorits algriennes de leur cder sa collection qui retraait lhistoire de la guerre dindpendance de lancienne colonie franaise. Il avait encore entre ses mains fatigues de septuagnaire de nombreux originaux de la rsistance algrienne quil avait patiemment mis sous presse ds 1956 dans ses locaux de la capitale du Nord vaudois. Limprimeur du Front de libration nationale (FLN), comme le qualifiait la police suisse lpoque, a mme conserv dans ses cartons un trsor inestimable pour lhistoire de lAlgrie : les plaques qui ont servi reproduire la plate-forme de la Soummam, lacte fondateur de lEtat algrien. Un texte crit en franais le 20 aot 1956 lors dun congrs organis dans les montagnes du Constantinois et auquel prend part la crme de la Rvolution : les Larbi Ben Mhidi, Krim Belkacem ou encore Abane Ramdane

Un rle majeur dans lhistoire

Ce sont les chefs de la lutte militaire contre la colonisation franaise qui crivent ce texte fondamental divis en trois parties. La premire y dfinit lobjectif du combat : La renaissance dun Etat algrien sous la forme dune Rpublique dmocratique et sociale et non la restauration dune monarchie et dune thocratie rvolues. La deuxime partie exige lindpendance inconditionnelle de lAlgrie. Et le dernier chapitre sintresse lorganisation de la lutte arme. A lpoque, on ne se rendait pas compte que cette dclaration allait jouer un rle majeur dans lhistoire algrienne, se souvient lancien conservateur du Muse de lElyse Charles-Henri Favrod, qui tait lpoque journaliste la Gazette de Lausanne et qui reste encore aujourdhui un des principaux tmoins de la dcolonisation de lAlgrie.

Ce texte de la Soummam a t le document fondateur de la nation algrienne. Cest la pierre angulaire sur laquelle le FLN va construire son combat. Sa victoire. Mais encore faut-il la diffuser. Et cest l quintervient le Vaudois Charles-Henri Favrod. Javais reu le texte de Lakhdar Bentobal qui avait particip au Congrs de la Soummam avec mission de le faire mettre en page et de le faire diffuser largement en France bien sr, dans la communaut algrienne, mais aussi en Europe, en Afrique du Nord et dans le reste du monde, poursuit-il. Avec le Franais Lucien Douchet, de son nom de lutte Serge Michel, nous avons alors recherch en Suisse un imprimeur discret pour publier la plate-forme.

''Un homme de combat''

Et cest vers Henri Cornaz, un militant de gauche qui dirigeait alors une petite imprimerie familiale, que Douchet et Favrod se tournent. Je savais que Cornaz tait un homme de combat et quil pourrait nous aider, poursuit Charles-Henri Favrod. Ensuite, Yverdon tait une ville moins expose que Lausanne ou Genve o le FLN tait dj trs actif. Il y planquait son butin de guerre. Il y avait beaucoup de rfractaires franais qui ne voulaient pas combattre pour lAlgrie franaise, ou des Algriens qui staient chapps des prisons hexagonales. Et surtout, tout ce beau monde tait troitement surveill par la police suisse ainsi que les services de renseignement franais.

Cornaz accepte sans problme dimprimer secrtement les documents du FLN. Si secrtement dailleurs quil travaille de nuit, sans en avertir ses propres employs et sans savoir qui taient vritablement ses clients. Mais il y met deux conditions. Tout dabord, il refuse dditer des appels au crime. Et surtout il demande lire les textes avant de les mettre sous presse, comme le rapporte Pierre Jeanneret dans Henri Cornaz (1920-2008) et les ditions de la Thile (ditions den bas). Or, cette nouvelle activit ne passera pas inaperue auprs de la police. Elle sest intresse aux affaires de Cornaz aprs avoir constat une forte hausse de la consommation de papier et dencre, indique Charles-Henri Favrod. Elle ne comprenait pas comment une petite imprimerie familiale pouvait en commander autant. Pour se dfendre, Cornaz qui navait pas inform son personnel de la nature du travail en cours a prtext publier une thse de doctorat.

Le premier journal du FLN

Limprimeur yverdonnois sen sortira en payant une amende de 300 francs de lpoque pour travail de nuit. Mais il ne sarrtera pas en si bon chemin puisquil cre de A Z le premier journal du FLN, La Rsistance algrienne. Cette publication deviendra ensuite El Moudjahid qui existe encore aujourdhui et sera secrtement tir sur les presses de limprimerie du Pr-Jrme Genve des presses appartenant au Parti suisse du travail puis Tunis et Alger aprs lindpendance en 1962. Et tout cela serait rest secret si le journal LExpress de Neuchtel navait pas vendu la mche quelques mois plus tard en dnonant Cornaz et ses crits considrs lpoque comme subversifs dans une Suisse qui soutenait lAlgrie franaise et qui chassait les communistes.

Quant limprimeur vaudois, qui a t accueilli en 2005 Alger comme une figure importante de la Rvolution et qui a reu en 2006 la mdaille du Mrite de lAlgrie, il naura finalement pas pu transmettre son trsor aux gnrations futures algriennes. Aprs sa mort en 2008, son imprimerie a t vendue. Et personne ne sait aujourdhui o se trouvent ses archives de la guerre dindpendance. Cest malheureux de ne pas pouvoir exploiter ces documents pour clairer le pass et notre priode contemporaine, constate lhistorien Franois Vallotton qui regrette quil ny ait aucune rue Cornaz Alger et aucune place dAlgrie Yverdon. Ce travail de mmoire reste faire en Suisse et surtout en Algrie.
El Watan