8 voix slvent contre le mufti dEnnahar TV

Des rgles de civisme et de savoir-vivre travers la religion, pas de lancer des appels la haine.
LOranais est un film courageux. Il est tout faitnormal quil y ait des ractions.



-Ahmed Bedjaoui. Critique de cinma et universitaire

Le film LOranais ne me drange nullement. Je nai pas apprci une seule scne, celle de lattaque maladroite contre la langue arabe. Cest pris un peu la lgre. Mais, pour le reste, le cinma est un espace de libert. Personne nest oblig daller dans une salle de cinma. On choisit daller au cinma ou pas. Un film, cest le point de vue dun ralisateur, pas celui de la socit. Cest une reprsentation personnelle du monde. Donc, il faut laisser au cinma cet espace de libert, ne pas contester au cinaste le droit de dire quelque chose. On nous parle de gros mots utiliss dans LOranais. Jinvite tout le monde regarder le cinma marocain. Les dialogues du film comme Zro (de Nourredine Lakhmari, ndlr) sont composs presque 80% de gros mots.

Quand le film est programm la tlvision, cest un autre dbat. Les tls marocaines telles que 2M financent des films mais ne les diffusent pas en raison du langage utilis (...). Moi, jai toujours lutt contre la censure do quelle vienne, den haut ou den bas. La censure den bas est plus grave que la censure den haut. Un cinaste franais a dit, lors de la guerre dAlgrie, que le pire est quand la censure vient du public. Le public juge parfois le film sans lavoir vu ! Il ne faut pas que nos mdias conduisent le public exercer une censure. Le cinma, cest quoi : des milliers de spectacles, rien compar aux millions de tlspectateurs. Donc, ce nest pas quelques milliers de spectateurs qui vont dranger la socit. Il faut arrter de fantasmer l-dessus....

-Souhila Batou. Documentariste et journaliste

A mon avis, le sujet cest Chemseddine (le mufti dEnnahar TV, ndlr) pas le film LOranais. Une institution de rgulation de laudiovisuelle existe. Cest le moment quelle intervienne pour mettre un arrt aux dpassements de cet homme qui dlire, qui intervient sur des sujets autres que ceux lis la religion, qui demande aux comdiennes de ne pas accepter des rles de femmes qui divorcent. Ce qui est attendu dun tel intervenant, cest de transmettre des rgles de civisme et de savoir-vivre travers la religion, pas de lancer des appels la haine.

LOranais est un film courageux. Il est tout fait normal quil y ait des ractions. Lys Salem a eu laudace de dire des choses de par sa position dtre entre les deux rives. Nous avions besoin de parler de cette priode daprs-guerre en Algrie. Souvent, nous avons limpression que notre mmoire est clotre entre 1954 et 1962. On doit remonter avant 1954 et aprs 1962. Cest notre histoire. Jusqu quand cette dernire restera-t-elle opaque ? Elle nous appartient. Nous faisons partie dune gnration qui ne veut plus poser des questions, mais apporter des rponses quelle simagine. Que ceux qui ne sont pas daccord nous contredisent avec des preuves et des arguments.

-Mahdi Berrached. Journaliste, chercheur en patrimoine populaire

Il est vident que le cinma signifie une grande part de fiction. Il ne faut pas quon ouvre la porte lvaluation de la cration artistique partir de jugements de valeur. Sinon, certains se permettront de dire que cela yadjouz et cela la yadjouz... Et on sera devant un phnomne qui nexistait mme pas dans les annes 1970. Phnomne qui consiste disqualifier tout ce qui ne va dans le sens quon veut imposer tout le monde. Ce qui est sacr dans lhistoire ne lest pas pour le cinma.

Au cinma, cest lart qui est sacr. Le ralisme li au septime art fait quon dialogue dans les films de la mme manire que dans la socit. Les gros mots sont quotidiennement utiliss dans la rue. Pour revenir lhistoire, les moudjahidine ou les martyrs de la guerre de Libration nationale ne sont pas des anges. Nous ne devons pas les dshumaniser. Ceux qui ont dclench la lutte dindpendance sont des tres humains. Des humains qui mangent, boivent, se trompent, adorent le vin, aiment les femmes... Il faut viter de sacraliser sur fond religieux les acteurs de la guerre de Libration nationale.

-Imad Benchenni. Comdien

LOranais est un film li la Rvolution mais nous navons jamais vu un long mtrage pareil. Un film qui sort de lordinaire. Cest un point important. Nous avons vu les moudjahiddine sous un autre angle. Dans le film, le cinaste a trait des deux priodes avant et aprs la guerre de Libration nationale dune autre manire. Je suis contre le tapage fait autour du film partir dun problme qui nexiste mme pas. LOranais porte une vision du cinaste. Une vision quon doit respecter. Beaucoup de spectateurs ont apprci le film en raison dune certaine vrit dite propos dune priode de notre histoire. Le cinma ne ment pas, mais dit la vrit. Les moudjahiddine ntaient pas tous bons, pas des robots et pas des anges.

-Yanis Koussim. Cinaste

Cette histoire est dun ridicule sans nom pour ce personnage qui fait des prches sur une chane prive. Ridicule est galement la raction des acteurs de la priode de la guerre de libration. Il ny a eu aucune insulte contre la religion dans le film pour quun prcheur intervienne. De quoi se mle-t-il ? Le pire est quil a avou quil na pas vu le film. Dans un pays normal, cet homme aurait t oblig de dposer sa dmission et poursuivi en justice pour diffamation. Je refuse de voir ses vidos. Chemeseddine a t curieusement relay par des snateurs. Ils se moquent de qui ? Tout le monde sait quen Algrie la plupart des bars et des dpts dalcool ont t donns aux anciens moudjahiddine. Pourquoi font-ils tout ce tapage ? Ils se mentent eux-mmes car nous connaissons tous la vrit. La seule chose positive dans cette polmique est que le film de Lys Salem invite au dbat sur la sacralisation en carton pte de certains aspects de la rvolution. Une sacralisation qui dessert la rvolution....

-Djamel Allam. Chanteur

Nous sommes tous choqus par les attaques contre Lys Salem. Tous les artistes qui sexpriment par le thtre, la musique, limage, la peinture, la BD, la danse... sont tous choqus. Dans mon court mtrage Banc public, jai eu un problme avec la scne montrant une femme avec un hak et une autre avec un jelbab. En fait, je voulais montrer que le jelbab a chass le hak. Le hak, cest aussi un voile. Mais, cest notre enfance, notre culture. Le jelbab nest pas notre culture. Au Festival arabe du film dOran, ils ont refus de programmer mon film cause de cette scne. Ils voulaient que je coupe cette scne alors quelle est la plus forte du film.

Lys Salem, qui est un ami, est un garon merveilleux. Il sexprime dune manire entire. Je vais vous dire quelque chose : ils sont en train de revenir ce que jappelle les diables. Les artistes, eux, ne sont pas des diables. Nous communiquons, donnons de lamour, de lmotion, du rire. Nous devons lutter contre ces gens-l. Quand je vois ce cheikh la tlvision, je zappe tout de suite. Je nai pas envie de le voir. Cet homme-l na mme pas vu le film et a lanc la fetwa. Il est capable de dire des choses plus graves. Heureusement que Lys a ragi dune manire extraordinaire. Il faut soutenir Lys Salem et soutenir son film.

-Salim Aggar. Critique de cinma et prsident des Journes cinmatographiques dAlger (JCA)

Lys Salem na jamais eu lintention de toucher ni aux moudjahiddine ni la religion, ni quoi que ce soit. Lys Salem est un jeune ralisateur qui a du talent et qui voulait exprimer sa faon un film sur les moudjahiddine. Ce qui est racont dans le long mtrage nest pas faux, nest pas une utopie. Il sagit dune ralit qui existe dans la socit algrienne. Que cheikh Chemseddine sen mle, cest nimporte quoi. L, on drape. Aujourdhui, une fatwa contre Lys Salem, demain a sera le tour dun autre artiste. On revient petit petit la priode du FIS. Cest grave !

-Raouf Benia. Cinaste

Le prdicateur Chemseddine sest, mon avis, tromp de religion. La religion que nous avons apprise lcole algrienne nous a enseign le refus du culte des personnes. Aprs Dieu, il y a la nation. Je ne pense pas que le film LOranais ait port atteinte limage des combattants ou celle de la nation. Il sagit de faits. Je ne parle pas de faits historiques puisque le film est une fiction. La Rvolution na t voque que durant les dix premires minutes de LOranais. Tout le film se droule aprs lindpendance de lAlgrie. O est la diffamation dans ce film ? Quun personnage sappelle El Wahrani, ne peut pas reprsenter tous les Oranais ou tous les moudjahidine. Il ne sagit que dun seul homme qui volue dans une fiction. Si lon commence interdire la projection ou censurer un film, je ne vois pas ce quon est en train de faire ici....

Fayal Mtaoui

El watan