L'immunothérapie, qui vise à mobiliser des cellules du système immunitaire pour lutter contre les tumeurs, pourrait permettre à des personnes atteintes de mélanome (cancer de la peau) métastatique de vivre plus longtemps qu'auparavant, selon des chercheurs réunis au congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology. Certains médecins prédisent une révolution dans le traitement de plusieurs types de cancer.

L'immunothérapie, qui a fait sensation au congrès de l'année dernière, a "déclenché une frénésie dans l'industrie pharmaceutique", rapporte le journaliste Andrew Pollack dans le New York Times (NYT).


Bristol-Myers Squibb, Merck et Roche sont en compétition pour mettre des médicaments sur le marché. Suivi de près par AstraZeneca, dont les travaux dans ce domaine sont une raison majeure pour la récente tentative infructueuse de Pfizer d'acheter cette société.

Au congrès de cette année, des études présentées montrent que les effets de ces médicaments peuvent durer plusieurs années dans certains cas et qu'ils agissent sur plusieurs types de cancer.

Mais, rapporte le NYT, il y a de sérieux motifs de prudence. Les résultats proviennent principalement de petites études qui manquent de groupes de comparaison. Les médicaments ne fonctionneraient que pour une minorité de personnes. Et il peut y avoir des effets secondaires graves. Cela semble être particulièrement le cas lorsque 2 de ces médicaments sont utilisés en association, ce qui peut être nécessaire pour obtenir une efficacité maximale.

La puissance d'une combinaison a été montrée dans le mélanome avancé. Dans un essai clinique, 79% des personnes recevant les 2 médicaments d'immunothérapie de Bristol-Myers étaient vivantes après 2 ans. Chez celles qui ont reçu la dose optimale, le taux de survie à 2 ans était de 88%. Mais l'étude n'a été menée qu'avec 53 personnes.

L'un de ces médicaments, l'anticorps monoclonal Yervoy (ipilimumab), laboratoires Bristol-Myers-Squibb approuvé aux États-Unis contre le mélanome en 2011, permet un taux de survie de 2 ans d'environ 25 % lorsqu'il est utilisé seul et l'autre, le nivolumab, encore au stade expérimental, de 40 %.

Ces médicaments bloquent l'action de protéines qui agissent comme des freins empêchant les lymphocytes T du système immunitaire de s'attaquer aux tumeurs. Yervoy inhibe le frein provenant de la protéine CTLA-4. Alors que le nivolumab et des médicaments similaires provenant de Merck, Roche et AstraZeneca inhibe le frein provenant de la protéine PD-1.

Mais mobiliser le système immunitaire peut aussi entraîner des effets secondaires dangereux, incluant la colite, une inflammation grave du côlon, ainsi que des problèmes avec le foie, la thyroïde et l'hypophyse.

Quand Bristol-Myers a testé ses 2 médicaments en combinaison pour le traitement pour le cancer du poumon avancé, environ la moitié des 46 patients ont souffert d'effets secondaires graves, et 3 d'entre eux sont morts à cause des médicaments eux-mêmes.

Dans une étude présentée au congrès, le Yervoy était efficace pour réduire la récurrence du mélanome après que la tumeur ait été enlevée par chirurgie. Après 3 ans, la maladie n'était pas réapparue chez 46,5 % des patients ayant poursuivi le traitement comparativement à 34.8 % chez ceux ayant reçu le placebo. Mais environ la moitié des 471 personnes qui ont reçu le Yervoy ont arrêté le traitement en raison des effets secondaires et 5 sont décédés en raison de ces effets secondaires.

psychomédia