Après sa défaite à Lyon (1-0), l'Olympique de Marseille a chuté sur le terrain du PSG (2-0). Incapable de gagner face aux gros, le club phocéen a vu son avance fondre comme neige au soleil. Un constat compliqué pour un leader dont le calendrier de fin d'année ne s'annonce pas aisé.



Ils comptaient jusqu’à sept points d’avance sur le Paris Saint-Germain. Au soir de cette treizième journée de Ligue 1, les hommes de l’Olympique de Marseille sont toujours leaders du championnat, mais ils ne possèdent désormais plus qu’un point d’avance sur leur dauphin parisien. Un écart qui a fondu comme neige au soleil en partie en raison de l’incapacité des Phocéens à remporter leurs duels au sommet. Car si l’OM avait su disposer de l’AS Saint-Etienne au Vélodrome (2-1), la bande à Marcelo Bielsa s’est inclinée sur le terrain de l’Olympique Lyonnais (1-0) ainsi qu’au Parc (2-0). Un constat que n’a pas renié le coach argentin de la formation sudiste qui regrette toutefois les occasions manquées en première période, avant que Paris n’ouvre le score.
« C’est évident. Contre Lyon et face au PSG nous avons perdu. Il n’y a pas à tergiverser. C’est un fait. Le match face à l’OL a été meilleur que celui d’aujourd’hui (dimanche, ndlr). Face au PSG, nous avons fait beaucoup d’efforts pour que le match soit équitable. En première période, la différence aurait dû se faire en notre faveur. En deuxième période, on a perdu notre capacité à faire mal à notre adversaire. » Lucide sur la prestation de ses joueurs, Bielsa n’a pas tiré la sonnette d’alarme pour autant. Mais El Loco le sait, son équipe a besoin d’enchaîner les victoires. En effet, sur ses quatre derniers matches, toutes compétitions confondues, l’OM en a perdu trois !
Devenu moins irrésistible et apparu plus émoussé physiquement, notamment en deuxième période ce dimanche, le leader du championnat voit la trêve internationale tomber à point nommé pour recharger les batteries, même si certains éléments tels que Gignac et Payet risquent de ne pas se reposer énormément. Car après, l’OM va devoir réagir d’ici la fin des matches retour face des adversaires sur une bonne dynamique (Bordeaux, Nantes, Monaco) ou toujours coriaces à jouer (Lille). « Il reste six matches pour que se termine la première moitié du championnat. Nous devons retrouver des résultats positifs pour justifier le classement qui est le nôtre actuellement. L’écart s’est réduit et c’est cette tendance que nous devons inverser. » Le message est passé. Reste à savoir si les jambes suivront.