huit jours du coup d'envoi de la comptition, la prsidente brsilienne Dilma Rousseff a dfendu l'organisation du Mondial face aux nombreuses critiques sur son cot et sur les retards des travaux.

La Prsidente Dilma Rousseff a tenu dfendre l'organisation du Mondial mene par son pays, alors que les critiques fusent. Elle n'hsite pas tacler la FIFA.

Une affaire de financement

C'est tout d'abord une affaire d'argent qui suscite la fronde de la Prsidente : "Lorsque le Brsil a dcroch l'organisation de la Coupe du monde 2014, en 2007, la Fdration internationale de football (FIFA) avait promis que les stades seraient financs par l'initiative prive", a-t-elle soutenu lors d'une rencontre mardi 3 juin avec des correspondants trangers Brasilia, avant d'ajouter : "Quand le gouvernement a vu que pas mme la moiti d'un stade ne sortait de terre, il a d en grande partie les financer".


un journaliste qui lui demandait quel conseil elle donnerait un pays souhaitant organiser le Mondial, elle a rpondu : "Faites attention ce qui est exig du pays, il faut bien rflchir ce que vous allez accepter ou non".
La majorit des investissements publics ont t effectus depuis 2007 "pour le Brsil", et pas pour le Mondial, a par ailleurs plaid Mme Rousseff.

Elle a cit la modernisation des aroports et des travaux de mobilit urbaine que certaines des 12 villes htes n'auraient pas planifi "avant de nombreuses annes" sans la perspective de la Coupe du monde. Tout en reconnaissant que nombre de chantiers ne seront pas achevs temps pour le Mondial.

L'organisation fait grincer des dents dans la rue

L'organisation coteuse et chaotique de la Coupe du monde (quatre des 12 stades ne sont pas encore compltement achevs neuf jours du coup d'envoi), suscite un vent de fronde au Brsil.

Les Brsiliens taient dj massivement descendus dans les rues en juin 2013, en pleine Coupe des confdrations, pour rclamer une mise au "standard FIFA" des services publics de base dfaillants : transports, sant, ducation.

Les nombreuses manifestations convoques pendant le Mondial seront tolres, "pour peu qu'elles soient pacifiques" et qu'elles "n'empchent pas la libre circulation ncessaire au Mondial", a averti la prsidente de gauche, candidate sa rlection la prsidentielle d'octobre prochain. "Nous garantirons la scurit des personnes", a-t-elle dit.


La prsidente brsilienne n'assistera en tribune qu'au match d'ouverture Brsil-Croatie, le 12 juin Sao Paulo, et la finale, le 13 juillet au stade Maracana de Rio de Janeiro.

RTL