Google : un nouvel algorithme contre le piratage


Sous la pression des lobbys de la musique et du film, et quelque part contraint par le DMCA, Google fait le point sur ses actions de lutte contre le piratage, dévoilant au passage une mise à jour de son algorithme pour déclasser les résultats menant vers des sites pirates.
En 2012, Google s'était engagé à modifier son algorithme de traitement des résultats de recherche pour déclasser les sites relatifs au piratage, mais les différentes associations d'ayants droit (MPAA, RIAA, etc.) n'étant pas en mesure de constater l'impact de ces changements, elles ont continué à réclamer le déclassement des sites pour lesquels Google reçoit un grand nombre d'avertissements d'infraction au Digital Millenium Copyright Act.
Aujourd'hui, on apprend que Google a de nouveau retouché son algorithme, et qu'une fois déployé, cette nouvelle version serait bien plus efficace pour lutter contre les pages hébergeant des contenus illégaux, ou favorisant le piratage. "Avec cette nouvelle version de notre algorithme, nous nous attendons à ce que le classement de certains des sites les plus utilisés pour le piratage soit visiblement affecté" explique Katherine Oyama, conseillère au Copyright chez Google.
Une annonce faite en marge de la publication du nouveau rapport "Comment Google combat le piratage", dans lequel on apprend qu'en 2013, la firme de Mountain View a reçu pas moins de 224 millions de demandes de déréférencement, et que chacune de ces requêtes a été traitée dans un laps de temps de 6 heures en moyenne. Dans 99% des cas, ces demandes ont débouché sur la déréférencement de la page en question, seuls 2 millions de cas ayant été rejétés ou ayant nécessité une enquête plus approfondie avant action de la part de Google.
Les trois sites les plus touchés ont été RapidGator, 4Shared et Dilandau, avec plus de 7 millions de demandes reçues pour chacun d'entre eux. C'est la BPI, le lobby de l'industrie musicale britannique, qui l'an passé a adressé le plus de demandes de retraits.
Google a toutefois indiqué que son objectif n'était pas de faire complètement disparaître les sites en infraction au DMCA de son moteur de recherche, mais surtout de donner la priorité à des sites proposant légalement les contenus. "Même pour les sites pour lesquels nous déréférençons le plus de pages, cela représente au final qu'une partie mineure des pages qu'ils comptent au total et il serait inapproprié de supprimer entièrement ces sites de notre moteur de recherche dans ces circonstances" explique Google.
Geoff Taylor, le responsable de la BPI, a qualifié la position et les nouvelles mesures de Google d'encourageantes, déclarant : "C'est très simple, lorsque quelqu'un cherche de la musique ou un film sur Google, il doit tomber sur des résultats légaux. Si Google fait ça, ce qui serait normal, alors nous avançons dans la bonne direction (...) Plus de gens sur iTunes, Spotify ou Deezer, c'est plus de revenus pour l'économie musicale, plus de retombées pour les artistes et plus d'investissements de la part des Majors".