Maroc : Le coût de la vie au coeur d'une


La grogne des consommateurs risque de toucher d’autres régions du Maroc puisqu'à Oujda, Azilal, Ahfir, Kénitra, El Youssoufia et Khénifra, les populations locales se plaignent également des factures salées.
La hausse des factures d’eau et d’électricité ont fait descendre dans la rue des Marocains dans plusieurs régions du pays.
Des manifestations organisées par les Marocains aux petites bourses, mais qui jusqu’à présent, n'ont pas été inquiétées par les forces de l’ordre. Pour calmer la grogne, Abdelilah Benkirane a, devant les députés de son parti, menacé de sanctionner les auteurs d'augmentations injustifiées.






Des manifestations ont eu lieu à Tétouan, Fès et Er-rich (relevant du territoire de Mideltvague de protestationsau Moyen-Atlas) contre les hausses des factures de l’eau et l’électricité. Dans toutes ces régions, ce sont les couches défavorisés qui sont sorties battre le pavé. Et pourtant, dans son plan de sauvetage de l’ONEE de 45 milliards de dh, signé fin mai, le gouvernement s’est engagé à épargner quatre millions de Marocains démunis, selon les dires du ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi.

Benkirane rassure
Cette question a été d'ailleurs soulevée, mardi, à la Chambre des représentants par un député du PAM (opposition). Le ministre de l'Energie, des Mines et de l’Eau, Abdelkader Amara, a répété les mêmes propos tenus précédemment par son collègue Mustapha El Khalfi, précisant qu’une famille qui a cinq ampoules, un téléviseur, un PC et un réfrigérateur ne sont pas concernés par les augmentations. Et d’enchaîner en attribuant d’éventuelles hausses à des erreurs humaines.
Anticipant une série de protestation dans des régions réputées être des bastions électoraux du PJD, le chef du gouvernement a promis de sévir contre les auteurs de « fraudes ». Interpellé par les députés de son parti sur ce dossier, Abdelilah Benkirane s’est engagé à corriger les « irrégularités » et à se déplacer sur les lieux qui enregistrent des « dépassements » soit par voiture ou s’il le faut, il demandera un avion au roi Mohammed VI. Des moyens démesurés pour rendre plus crédible son indignation.
Contrairement aux précédentes manifestations de ce genre, celles de cette année ne sont pas cantonnées dans une seule région. Ce qui explique l’intervention des députés islamistes auprès du chef du gouvernement pour régler au plus vite ce problème. D’autant plus que nous sommes à quelques mois de l’échéance des communales de 2015.