Darif: Tirs à la frontière, "un acte de chauvinisme insignifiant"



Mohamed Darif | Archives
Les tirs de l'armée algérienne, samedi contre des civils marocains à la frontière entre les deux pays constituent un acte de "chauvinisme insignifiant", a souligné lundi à Casablanca Mohammed Darif.


Cet événement s’inscrit dans le cadre d’un processus régi par deux contextes, le premier est général ayant trait à une longue histoire d’hostilité des militaires algériens à l’égard du Maroc, bien que cette hostilité ait atteint son apogée à travers les positions algériennes visant l’intégrité territoriale du Maroc et soutenant la thèse séparatiste, a déclaré l'universitaire marocain à la MAP.
Les responsables algériens ont dilapidé les biens du peuple algérien pour financer une cause perdue et ils n’ont jamais cessé de vouloir ternir l’image du royaume et porter atteinte à ses fondamentaux, a-t-il souligné.
Quant au second contexte, il est marqué par la volonté des militaires algériens d’endiguer les effets négatifs de la situation difficile que traverse actuellement l’Algérie.
Cette situation est marquée par les contraintes du régime politique algérien au niveau de la présidence de la république, sachant l’ambiguïté qui entoure l’état de santé d'Abdeaziz Bouteflika et les critiques adressées aux autorités algériennes concernant le respect des droits de l’homme dans le pays, sans pour autant oublier le soutien apporté par les responsables algériens au Polisario.
Ce soutien vise à masquer les violations des droits de l’homme enregistrées dans les camps de Tindouf, qui se trouvent juridiquement sous la responsabilité d'Alger, comme en témoignent les récentes dénonciations d'ONG au sujet de la jeune sahraouie Mahjouba Mohamed Hamdidaf, séquestrée depuis l'été dernier dans les camps de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie), a-t-il fait savoir.
Alors dans ce cadre, l'on peut comprendre la véritable portée de ce qui s’est passé récemment et qui suscite des interrogations sur les comportements des soldats algériens vis-à-vis des civiles marocains", a-t-il dit.
Les autorités marocaines ont toujours appelé les autorités algériennes à faire valoir l’esprit de bon voisinage et de fraternité pour le bien de la population maghrébine loin de tout chauvinisme stérile, a-t-il soutenu.