France : Des tests halals pour détecter le porc et l’alcool dans les aliments des musulmans




C’est une première. En France, une entreprise vient de mettre au point un test pas comme les autres. Il s’agit d’un dispositif permettant de détecter rapidement la présence de porc ou d’alcool dans les assiettes et verres des musulmans. Détails. Mettre en favoris
Imprimer
Suggérer une correction



Et si chaque musulman avait la possibilité de faire analyser, très rapidement, les aliments qu’il consomme pour s’assurer de leur contenu ? En France, c’est désormais chose possible. La société franco-algérienne Capital Biotech s’apprête, en effet, à lancer un « Halaltest », une sorte de bâtonnet conçu pour détecter les produits interdits par l’islam dans les aliments, à savoir l’alcool et la viande porcine.
Le principe est simple. Le consommateur musulman doit mettre un échantillon de sa nourriture dans un petit tube à essai, contenant de l'eau chaude. Il doit ensuite introduire une bandelette et attendre le résultat une dizaine de minutes. « Une première barre se dessine alors sur la bandelette... Et, si une deuxième apparaît, c'est que le mélange contient du porc », explique Abderrahmane Chaoui, 25 ans, cofondateur de la marque, dans une déclaration au Nouvel Obs.
Halal ou pas ?
Les tests proposés par cette jeune entreprise ne permettent, toutefois, pas de savoir si un aliment est véritablement « halal », c'est à dire si la viande qu'il contient provient d'un animal abattu selon le rite musulman ou pas.
Le produit, à usage jetable, est vendu relativement cher. L’unité, contenant « une bandelette dans son emballage thermoscellé, un flacon de recueil 5mL gradué, une pipette et une notice d’utilisation », coûte 6,90 euros. La boîte de 25 tests est, elle, vendue à 125 euros TTC, indique-t-on sur le site de l’entreprise.
Pour ce qui est du test destiné à détecter la présence d’alcool dans les aliments, il est vendu moins cher, à 4,90 euros. Il est également plus rapide dans son utilisation. Le résultat est là en moins de 10 secondes. La société propose aussi un test rapide pour « la détection de traces de sang humain dans les aliments et sur les installations de production, transport et stockage des denrées alimentaires. Un résultat positif confirme la présence de sang humain ».
Chevalgate
Les deux cofondateurs du projet, Aderrahmane Chaoui et Vital Julien, ne comptent pas en rester là. Après le halal, ils comptent désormais s’attaquer au marché de la sécurité alimentaire. « Dans quelques semaines, nous allons lancer une autre gamme de produits sous la marque Food Confirm, destinés à détecter rapidement les traces d'allergènes dans la nourriture, comme le gluten, les crustacés, le soja... », indique Abderrahmane Chaoui àBFMTV.com.
Les deux hommes ont trouvé leur inspiration dans l’affaire du Chevalgate, notamment. « On révisait nos partiels quand il y a eu l'affaire Spanghero avec la viande de cheval, ou la viande de porc dans les saucisses Herta certifiées halal. On a pris conscience qu'un doute existe en permanence pour les consommateurs, que ce soit chez eux ou au restaurant. Mon associé, avec qui j'étudiais en école de commerce, avait déjà lancé en 2012 un fonds d'investissement destiné à la recherche sur les anticorps. Je lui ai demandé s’il pensait que c'était possible de détecter du porc dans un plat... Le projet était né », explique-t-il à la même source.
La société emploie pour l’instant trois personnes, les deux fondateurs et Thomas Nerrigen, médecin et président du syndicat des jeunes biologistes médicaux. Si leur idée arrive à séduire les consommateurs musulmans, l’effectif pourrait être rapidement revu à la hausse.