Le Maroc dément les "rumeurs" d'annulation de la CAN 2015









Le Maroc assure être prêt pour la CAN 2015. © DR
Alors que de nombreux médias annoncent la décision du Maroc de ne pas organiser la CAN 2015, prévue du 17 janvier au 8 février, Mohamed Ouzzine, le ministre des Sports du royaume, a démenti ce qui est qualifié de "rumeur."
Depuis plusieurs jours et la proposition du Maroc de décaler les dates de la CAN 2015 pour cause de virus Ebola, les spéculations vont bon train. Le royaume chérifien, où aucun cas de contamination par le virus cas n’a été à ce jour enregistré, ne veut prendre aucun risque. La Confédération africaine de football (CAF), qui a fraîchement accueilli l’initiative marocaine, aurait sondé quelques pays au cas où le Maroc déclare définitivement forfait. L’Afrique du Sud, organisatrice de l’édition 2013 et le Ghana, qui avait reçu le gratin africain en 2008, seraient perçus comme des recours possible.




Depuis jeudi soir, plusieurs médias annoncent carrément le désistement définitif du Maroc. "J’ai reçu un certain nombre d’appels de journalistes africains qui avaient l’air sûrs d’eux. Et comme à eux, je vous réponds qu’il ne s’agit que d’une rumeur, comme cela est souvent le cas quand il s’agit de football. Nous avons proposé de décaler la CAN 2015 au mois de juin 2015, ce qui laisserait plusieurs mois pour prendre des mesures face à la menace Ebola. Nous avons également proposé l’hiver 2016", a confié à Jeune Afrique Hamid Faridi, un des plus proches conseillers de Mohamed Ouzzine.


Hamid Faridi a également tenu à réagir à une autre rumeur selon laquelle le Maroc se réfugierait derrière le prétexte Ebola pour masquer son retard dans l’organisation de l’évènement. "C’est faux ! La CAN, nous pouvons l’organiser dès demain. Les stades, les hôtels, tout est prêt. Nous voulons juste ne prendre aucun risque avec cette épidémie. Imaginez les réactions si une personne décédait à cause de ce virus pendant la CAN !" Les prochaines réunions, le 2 novembre prochain à Alger à l’occasion du Comité exécutif de la CAF, et le lendemain à Rabat, s’annoncent décisives…