Tirs algriens: Mezouar convoque lambassadeur de lAlgrie au Maroc


19.10.2014
09h55
PartagerShare on facebookShare on email

Commenter (0)


Le ministre des Affaires trangres et de la Coopration, Salaheddine Mezouar s'exprimant lors d'une confrence de presse, le 18 octobre 2014 | MAP
Le ministre des Affaires trangres et de la Coopration, Salaheddine Mezouar a annonc avoir convoqu l'ambassadeur d'Algrie Rabat pour lui faire part de la condamnation du Royaume.


Le ministre des Affaires trangres et de la Coopration, Salaheddine Mezouar a annonc avoir convoqu l'ambassadeur d'Algrie Rabat pour lui faire part de la condamnation du Royaume et lui demander des explications sur les tirs lancs samedi par un lment de l'arme algrienne sur une dizaine de civils marocains la frontire maroco-algrienne.
"Nous avons convoqu lambassadeur d'Algrie au Maroc pour lui faire part de notre protestation et notre indignation et pour lui demander des explications sur cet acte malheureux qui a vis des Marocains civils", a relev Mezouar qui s'exprimait lors d'une confrence de presse conjointe avec le ministre de l'Intrieur, Mohamed Hassad et le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.
Atteinte aux "principes fondamentaux lis aux droits de l'Homme"
Il a soulign qu'il s'agit d'un acte qui porte atteinte aux "principes fondamentaux lis aux droits de l'Homme, au bon voisinage et au respect d'un certain nombre de comportements admis et accepts par nos deux pays pour prserver les conditions favorables toujours, malgr les diffrentes tensions".
Mezouar a galement soulign que, suite cette escalade sans prcdent, le gouvernement a dcid de rpondre en toute fermet cet incident en totale contradiction avec les rgles du droit international et celles du bon voisinage que le Maroc veille respecter.
Le ministre de l'Intrieur a, pour sa part, qualifi d'"acte frivole" les tirs qui ont grivement atteint un civil marocain au visage, en relevant la ncessit de scuriser la frontire.
"Nous devons travailler ensemble pour scuriser la frontire"
"Nous devons travailler ensemble pour scuriser la frontire", a-t-il soulign, rappelant la saisie la semaine dernire de plus de 30.000 comprims psychotropes en provenance de l'Algrie. "Il faut que cette affaire soit tire au clair et le responsable de cet acte soit traduit en justice", a-t-il insist, appelant les autorits algriennes assumer pleinement leur responsabilit.
"Le tir visait la personne, ce qui veut dire que lintention a t probablement de le tuer", a indiqu le ministre lors de cette confrence de presse qui sest droule en prsence du ministre dlgu auprs du ministre de l'Intrieur, Charki Draiss et de la ministre dlgue auprs du ministre des Affaires trangres et de la Coopration, Mbarka Bouaida.
"Un geste incomprhensible"
"Cest un geste absolument incomprhensible", a-t-il dplor, relevant qu'il sagit dune personne qui habite dans un douar prs de la frontire alors que dans tous les pays du monde, les personnes qui habitent dans les zones frontalires bnficient d'un traitement particulier.
"Ce n'est pas la premire fois qu'un vnement pareil survient (..) le 17 fvrier 2014, il y avait des tirs qui ne visaient pas la population frontalire mais qui visaient des postes de gardes-frontires marocains", a-t-il rappel.
Le ministre de l'Intrieur a mis en garde contre les rpercussions de tels incidents. "Quand on commence tirer sur les populations et sur les gardes-frontires, on peut aboutir des situations que l'on ne pas matriser", a-t-il averti.
Le ministre a fait savoir que le gouvernement marocain a dcid dalerter lopinion publique marocaine, algrienne et internationale sur les risques de ce genre de comportements.
"Trs grande inquitude"
Dans un communiqu du gouvernement lu par El Khalfi lors de cette confrence de presse, le Maroc a exprim sa "vive indignation" et sa "trs grande inquitude" suite ces tirs.
"Vers midi de ce jour, un lment de l'arme algrienne a tir 3 balles sur une dizaine de citoyens civils marocains au niveau du trac frontalier du douar Oulad Saleh, commune rurale Beni Khaled, situe 30 kms au Nord Est de la ville d'Oujda", indique le communiqu.
La mme source prcise qu'une personne a t grivement atteinte au visage, relevant qu'il s'agit du dnomm Salhi Razqallah, g de 28 ans, mari, pre d'un enfant, originaire de ce douar frontalier. Il a t vacu vers l'hpital Al Farabi d'Oujda et son tat de sant est jug trs critique par les mdecins, selon le communiqu.
"Le Gouvernement du Royaume du Maroc proteste vigoureusement contre cette atteinte directe et inadmissible la vie de citoyens civils marocains par l'arme algrienne et dnonce un acte irresponsable qui s'ajoute d'autres agissements provocateurs constats dernirement au niveau des frontires", affirme le communiqu.
Le Royaume du Maroc condamne "cet acte injustifi qui viole les rgles lmentaires de bon voisinage et va l'encontre des liens historiques et du sang qui unissent les deux peuples frres", souligne le communiqu du gouvernement.
Il appelle, en outre, le gouvernement algrien assumer sa responsabilit conformment aux rgles du droit international et fournir aux autorits marocaines les explications ncessaires, ajoute le communiqu.