Le FBI veut obliger Apple et Google à ouvrir une backdoor sur iOS et Android

Opposé à la nouvelle politique de sécurité de Google et Apple, le directeur du FBI James Comey réclame une nouvelle loi permettant aux services de renseignements d'accéder aux données cryptées des téléphones.






Le directeur du FBI James Comey revient à la charge. Au mois de septembre dernier, il avait déjà fait une sortie remarquée contre la nouvelle politique de sécurité initiée par Apple et Google. Les nouveaux OS Android Lollipop et iOS8 activent en effet par défaut le chiffrement des données sur les smartphones. Cette fois, James Comey accuse les deux sociétés d’aider carrément les criminels et les terroristes à échapper à la loi. C’est ce qu’il a déclaré lors d’un sommet à Washington ce jeudi 16 octobre.
Il souhaiterait remettre au goût du jour la loi Calea, adoptée en 1994, obligeant les constructeurs à laisser les services de renseignement accéder aux données des télécommunications. Il souhaite donc trouver une solution technologique à soumettre au Congrès pour forcer ces sociétés à installer « un moyen » de s’introduire dans les photos, e-mails et contacts mémorisés dans les smartphones. Comey n’a pas précisé sa pensée mais il ne peut s’agir que d’une backdoor, une porte dérobée invisible pour l’utilisateur.
De quoi provoquer la fureur des défenseurs des libertés individuelles comme Christopher Soghoian, représentant de l’Union pour les libertés civiques américaines. « Ce que Comey oublie de dire c’est que le Congrès, lorsqu’il a adopté la loi Calea en 1994, a reconnu explicitement le droit des entreprises à crypter leurs produits, un chiffrement sans backdoor, sans clefs conservées par la société », a-t-il confié au Guardian.
Source :
The Guardian
The New-York Times