Voici ce qu'on nomme un "organe fantôme". Il s'agit d'un organe ayant été décellularisé, uniquement composé de son tissu conjonctif.
Publié sur Reddit, le cliché qui suit intrigue. Il présente donc un « organe fantôme », qui va pouvoir être « réutilisé » par un nouveau patient. Les cellules de ce dernier vont régénérer l’organe, balayant d’un revers les risques de rejet de tissus. Bien sûr, tout ceci est actuellement expérimental, depuis l’an passé. D’ailleurs, le cliché relayé ici n’est pas nouveau : il fut distribué en août 2012.
Il n’empêche : Doris Taylor, la directrice du pôle de recherche en médecine régénérative au Texas Heart Institute (au St. Luke’s Episcopal Hospital, basé à Houston), travaille sur ce sujet depuis des années. Elle a tout d’abord lancé ses recherches sur des coeurs de rats, puis de de cochons. Elle espère pouvoir créer un « coeur fantôme » humain, mais ce ne sera sans doute possible que d’ici quelques années. Bonne nouvelle : c’est sans aucun doute réalisable, et de nombreux chercheurs se rejoignent sur le fait que le coeur humain, tout comme les cœurs d’animaux, ne sera pas rejeté, puisqu’il utilisera les cellules souches du destinataire. Ce qui signifie que les futurs patients transplantés n’auront pas à prendre de traitement afin d’empêcher les rejets, et ne seront pas non plus sujets aux effets indésirables, comme le diabète, les risques d’hypertension, etc.