Une confrence appele faire date



par Kharroubi Habib




Le complexe touristique du Mazafran abritera le 10 juin, sauf imprvu indpendant de la volont des organisateurs, une rencontre politique appele faire date dans l'histoire du multipartisme en Algrie. C'est la Coordination nationale pour les liberts et la transition dmocratique (CNLTD) que cela sera d si elle russit la gageure d'enregistrer ce jour-l la majorit des partis, personnalits politiques, organisations et associations reprsentantes de la socit civile auxquels elle a adress l'invitation prendre part la confrence nationale sur la transition dmocratique qu'elle a pris l'initiative d'organiser.

Si les destinataires de son invitation rpondent en majorit prsents, la CNLTD pourra en effet s'enorgueillir d'avoir russi une premire politique dans le pays, celle d'tre parvenue faire se rencontrer et dialoguer le plus grand nombre d'acteurs politiques se revendiquant de l'opposition au rgime. Elle sera d'autant une premire que si certes les participants auront en commun d'tre des opposants au rgime, ils viennent nanmoins d'horizons doctrinaux qui pour certains sont aux antipodes. L'on verra en effet prsents dans l'assistance et changeant des partis islamistes et des formations laques que tout a oppos jusque-l. Mais aussi des personnalits politiques s'tant voues des inimitis qui apparaissaient irrconciliables.

Aux dernires nouvelles, le pari de la CNLTD serait pratiquement gagn, puisqu'elle a enregistr le OK de sa participation du ple du changement qui regroupe 14 partis et des personnalits politiques sous la houlette d'Ali Benflis, qu'elle a galement reu celui du FFS et que les anciens chefs du gouvernement Mouloud Hamrouche et Sid Ahmed Ghozali sont donns pour avoir eux aussi promis d'tre au rendez-vous. Sans prjuger du rsultat auquel aboutira la confrence, le simple fait qu'elle se tienne constituera un vnement marquant car elle donnera voir que l'opposition au pouvoir est dans une stratgie de rapprochement entre ses composantes. Ce qui il y a peu tait inenvisageable pour les acteurs qui ont accept de s'inscrire dans cette logique et paraissait une utopie irralisable pour l'opinion publique.

Le mrite de l'initiative de la CNLTD est qu'elle a mis les opposants au rgime dans l'obligation de se positionner et rvler ainsi s'ils sont pour ou contre une entente a minima entre eux contre ce pouvoir auquel ils prtendent s'opposer. Les initiateurs n'ont pas fait mystre de ce qui a motiv leur dcision d'organiser la confrence du 10 juin : considrant que l'adversaire prioritaire de l'opposition est le pouvoir devenu autiste et rfractaire au changement, ils ambitionnent de raliser l'unit d'action de celle-ci, en convainquant ceux qui s'en revendiquent de s'entendre sur une plateforme politique qui tout en n'ignorant pas les natures des querelles de chapelle qui divisent leurs rangs les rassemblera autour d'un minimum leur permettant d'agir en commun contre l'adversaire principal.

La nouveaut de la confrence de mardi est qu'elle donnera voir une opposition ayant pris conscience que le pouvoir parat inbranlable en partie parce qu'il n'a eu en face de lui qu'une opposition miette et occupe par ses divisions doctrinales. Son rassemblement secouera sans aucun doute la srnit de ce pouvoir qui ne manquera pas d'actionner sa propagande contre ce qu'il qualifiera n'en point douter d'opration mdiatique sans porte politique. Au degr de l'intensit de la campagne de dnigrement qu'il ouvrira contre la confrence, l'on saura l'intensit de la dconvenue qui sera la sienne avec sa tenue et aprs son rsultat.



par Kharroubi Habib


Le Quotidien d'Oran