Fichier joint 257 Mais qu'est-ce qui se passe à Canal Algérie? La télévision francophone de l'Entv a fait un monumental ratage le jour de l'Aïd, en ne diffusant pas l'émission, réservée à cette occasion.

C'est la première fois dans les annales de la télévision francophone qu'elle rate la diffusion d'une émission en français dédiée à cette fête religieuse et familiale.

Tout a commencé quand les responsables ont dépêché la veille de la fête un car vidéo à l'hôtel Mercure pour l'enregistrement d'une émission dédiée à cette fête mémorable. Le car régie était arrivé sur les lieux à 17h pour enregistrer une émission d'une heure.

Mais faute de feuille de route et d'une organisation la veille, l'équipe dépêchée sur place a perdu beaucoup de temps dans une énorme anarchie. La pluie est venue s'ajouter à la désorganisation totale de l'équipe, puisque les responsables de la sono pour l'orchestre musical a débranché ses appareils de peur d'être touchés par l'eau de pluie.

Devant cette situation loufoque et inattendue, les techniciens de la régie mobile ont décidé eux aussi de couper et rouler, malgré les supplices de la chef d'Unité, qui a tout fait pour boucler son émission. Arrivée il y a seulement deux mois, elle a finalement compris que les techniciens sont les véritables «dieux» d'un tournage et encore plus quand la responsable du plateau est nouvelle.

Une équipe peut même suspendre le tournage à midi contre l'avis du journaliste juste pour déjeuner et revendiquer les frais de restauration par la suite. Après avoir annulé ce tournage extérieur qui a mobilisé un car régie et des dizaines de fonctionnaires pour rien, la direction a décidé de maintenir l'émission et de la tourner en studio à Canal Algérie au 21 boulevard des Martyrs.

Tourner en studio c'est plus maîtrisé comme situation pour une équipe de télévision, mais visiblement ce n'est pas le cas à Canal Algérie qui a une nouvelle fois cafouillé. En effet, après avoir installé les invités à 19h, l'équipe a continué à tourner en rond durant plusieurs heures provoquant la colère des invités, dont les représentants de la fondation Imzad.

A 23h, devant l'incapacité de commencer le tournage, les responsables techniques décident d'arrêter les frais, car leur service se termine à minuit et qu'il faut une autre brigade pour couvrir cette émission, ce qui a mis dans un état second la nouvelle chef d'unité de l'émission. Entre-temps, les cafouillages de cette émission sont arrivés au bureau du Premier ministre Sellal qui a dépêché son ministre de la Communication pour s'enquérir de la situation de cette télévision qui bat de l'aile et qui commence à montrer de sérieux indices de fatigue professionnelle. Finalement, après deux émissions ratées prévues sur l'Aïd, Canal Algérie a dû renoncer à son projet et a dû diffusé le programme réalisé par la... A3.

C'est un échec cuisant pour la direction en place qui a une nouvelle fois échoué dans sa mission. Canal Algérie, qui était le fer de lance de la télévision algérienne à l'étranger, est devenue une télévision bas de gamme destinée aux émigrés où la qualité audiovisuelle est inexistante. On programme des films de fiction réalisés par des amateurs à l'image des films réalisés tel le trio de Toulathi El Amdjad. On réduit la qualité du débat contradictoire à de simples échanges d'idées et on élimine les compétences qui veulent faire avancer la télévision algérienne.