WASHINGTON, 29 mai (Reuters) - Une levée de l'interdiction pour les Etats-Unis d'exporter leur pétrole ferait rentrer 1.000 milliards de dollars dans les caisses du gouvernement américain d'ici à 2030, selon une rapport publié par l'institut de recherche sur l'énergie IHS.

Seul le Congrès américain pourrait autoriser les exportations de brut, interdites en 1973 face à une menace de pénurie provoquée par un choc pétrolier.

La situation a radicalement changé depuis grâce à la production de pétrole de schiste par fracturation hydraulique qui promet de faire des Etats-Unis le premier producteur mondial de brut devant l'Arabie saoudite et la Russie.

L'exportation de brut américain permettrait en outre la création de plus de 300.000 emplois par an et ferait baisser le prix à la pompe du gallon américain (3,78 litres) de 8 cents, selon le rapport de l'IHS.

"Ce serait un coup de fouet significatif pour l'économie américaine qui serait financé par le secteur privé, pas par l'Etat, et ferait rentrer beaucoup d'argent dans les caisses du gouvernement", a déclaré à Reuters Daniel Yergin, vice-président de l'IHS.

La perspective de tels profits ne laisse pas insensibles les législateurs américains, préoccupés en outre par les risques que fait peser le conflit ukrainien sur les exportations de pétrole russe, a-t-il ajouté. (Timothy Gardber; Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)