Une fois les interventions des prsidents des groupes parlementaires termines, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a pris la parole pour rpondre plus de 350 remarques mises pendant les cinq longues journes de dbats. Le chef de lExcutif a pris tout son temps pour clairer toutes les zones dombre qui lui ont t soumises lors des dbats dans un esprit douverture.


Pour le Premier ministre, agriculture, nergie, industrie et tourisme permettront lAlgrie de diversifier son conomie et de sortir graduellement de la dpendance des hydrocarbures. Cependant, cest le dossier des hydrocarbures qui a suscit des critiques parfois violentes, au Parlement comme chez lopinion, surtout aprs la dcision du gouvernement dexplorer et dexploiter le gaz de schiste. A ce titre, M. Sellal a clairement rpondu que lAlgrie na pas le choix si elle veut garantir sa scurit nergtique, soulignant que le gouvernement a pris toutes les prcautions en ce qui concerne limpact environnemental de lexploitation des hydrocarbures non conventionnelles . Dans la mme journe, rconciliation nationale, dcoupage administratif, Ghardaa, investissement, tamazight taient au menu Et l aussi, M. Sellal a ritr la volont de son gouvernement consolider la rconciliation nationale. Sur cette question, M. Sellal prne le vivre ensemble qui, selon lui, dpasse le cadre de la Charte de 2005. Il a mentionn que son staff gouvernemental rglera la tragdie nationale qui a touch tous les Algriens depuis 1962. Les groupes dautodfense pendant les annes 1990 ainsi que tous les Algriens touchs par les tragdies nationales depuis 1962 auront leurs droits, a-t-il rassur. Dans le mme sillage, il a affirm que le problme de Ghardaa ne peut tre rgl uniquement par des mesures scuritaires.
A ce titre, son gouvernement est pied duvre pour rsoudre dfinitivement cette crise, dont lorigine, selon M. Sellal, rside dans des facteurs internes lis aux maux sociaux de la jeunesse. Mais il a point du doigt des parties extrieures, dont des ONG, se gardant de les nommer. Sur le volet relatif essentiellement aux questions conomiques et lemploi de jeunes, M. Sellal a privilgi les chiffres. 639 000 projets dans le cadre des dispositifs Ansej, Angem et Cnac ont t crs depuis leur mise en place, gnrant ainsi plus dun million demplois pour les jeunes. M. Sellal est revenu videmment sur le caractre irrversible de la rgle 51/49 et du droit la premption , non sans exclure une rvision pour les PME trangres qui noprent pas dans les secteurs stratgiques de lEtat. Des PME qui, selon le Premier ministre, nont pas la surface financire pour se conformer la rgle 51/49. Sur la question lancinante du manque de main-duvre qualifie dans le secteur de lagriculture, il a voqu les efforts du gouvernement pour la cration de filires spcialises dans les centres de formation professionnelle, mais sans plus. En revanche, concernant les infrastructures de base et industrielles, M. Sellal a mis en exergue les difficults que rencontre son quipe sur le terrain, donnant pour exemple le complexe ptrochimique programm Bjaa qui narrive pas voir le jour faute de terrain pour sa ralisation. Mais il sest voulu rassurant quant la ralisation de cinq hpitaux universitaires confie une socit trangre, non sans imputer lnorme retard quaccuse le secteur au manque de management. Toutefois, cest le dcoupage administratif qui sest taill la part du lion dans loral de clture du Premier ministre, qui a tenu dvelopper dans le dtail les priorits de la nouvelle configuration territoriale projete. A ce propos, il a indiqu que pour cette anne, il est question de nouvelles wilayas uniquement dans le Sud et dans les Hauts-Plateaux, car, selon M. Sellal, lopration demande des financements et des ressources humaines. Pour rpondre ces exigences, les nouveaux dpartements seront au dbut rattachs aux wilayas mres, a-t-il ajout. Ce chantier commencera le mois de septembre en cours et entrera en vigueur partir du mois de janvier 2015, selon les dlais donns par M. Sellal. Rpondant une question souleve par plusieurs dputs concernant lofficialisation de tamazight, le Premier ministre a abord les obstacles qui font que cette officialisation na pas t programme dans limmdiat. Il a voqu les dficits qui caractrisent son enseignement dans lcole ainsi que son contenu qui na pas encore obtenu lunanimit des spcialistes et des pdagogues, mais de reconnatre : Nous navons pas rempli notre devoir denseigner tamazight lcole. Il a promis de rendre lenseignement de cette langue maternelle obligatoire en utilisant les technologies avances en la matire, mais il sest montr timor concernant son officialisation, cartant lhypothse quil sagit dune question politique.


Le plan quinquennal et la loi de finances pour 2015 dans les prochains mois

Animant un point de presse la fin des travaux, le Premier ministre a annonc que lEtat commence matriser ses dpenses puisque, cette anne, il est fort probable quil ny ait pas de loi de finances complmentaire, mais on passera directement la proposition de la loi de finances pour 2015 . Cette loi donnera des rponses avec des chiffres concernant ce plan daction qui est appel se poursuivre dans le cadre du prochain plan quinquennal , a rpondu M. Sellal aux questions des journalistes. Le plan quinquennal 2014/2019 sera galement au programme dans les prochains mois, a ajout le Premier ministre. Interrog sur la sant financire du pays, il a fait tat dun dsquilibre relatif dans la balance commerciale du fait de laugmentation des importations et de la baisse des exportations. Toutefois, les rserves de change ont connu une hausse acceptable. Abdelmalek Sellal a estim que ce dsquilibre ne sera pas lordre du jour quand les gisements dcouverts par Sonatrach entreront en production. Outre le soutien de lEtat aux projets des jeunes dans les diffrents dispositifs actuellement en place, il a annonc la rvision prochaine du code des investissements afin de mettre en place des mcanismes destins des projets de startups innovantes et qui auraient besoin de financements.

reporters.dz