Libye : LAlgrie a commenc les oprations commando

le 06.06.14 | 10h00



Cest, depuis lindpendance de lAlgrie en 1962, la plus grande opration extrieure mene par larme algrienne.


Aucun officiel nen a parl et pourtant lANP serait, depuis le 29 mai, en guerre contre les groupes terroristes dans lOuest libyen. Le jour mme du dbut de loffensive, le quotidien the Times donnait linformation, citant le think tank britannique The Henry Jackson Society, dont un haut responsable annonait un envoi de forces spciales amricaines, franaises et algriennes dans le Sud libyen avec pour principal objectif llimination des terroristes dAQMI, la destruction de leur infrastructure darmement, de communication et dentranement dans la rgion.

Lalliance de circonstance entre lAlgrie, les Etats-Unis et la France qui sadjoignent le Tchad, probablement la Libye, mais surtout les forces du gnral Khalifa Haftar qui pilonnent la rgion de Benghazi, confirment lencerclement des terroristes djihadistes dans le grand Sud libyen. Mokhtar Belmokhtar ayant t localis par les services algriens Tripoli, quelques semaines avant lattaque de Tiguentourine, figure comme cible prioritaire pour les commandos algriens dans leurs oprations.Selon nos informations, de source militaire, 3500 paras, soit un rgiment complet, et un groupe de soutien et dappui logistique de 1500 hommes sont dploys actuellement de lautre ct de la frontire. Une autre source, diplomatique cette fois, ajoute aux 5000 soldats au sol une importante mobilisation de moyens ariens, avions de transport, chasseurs, bombardiers, hlicoptres de transport et dattaque, appareils de reconnaissance et drones, qui oprent dans le ciel libyen.

Coordination

Il sagirait du mme rgiment parachutiste ayant pris en charge lopration Scorpion Rapide, qui a pris dassaut et libr avec succs, en janvier 2013, le complexe gazier de Tiguentourine In Amenas. Selon un haut grad, la prparation de la mission et le regroupement des forces ont t raliss la dernire semaine de mai. Privilgiant la flexibilit et la rapidit, les troupes envoyes sur place sont quipes darmes lgres et de vhicules 4x4 arms de mitrailleuses en 12.7 mm probablement appuys par des blinds roues BTR.

La puissance de feu relle venant des airs, avec la couverture des hlicoptres lourds Mi24. Si larticle du Times confirme le haut degr de coordination qui existe entre les trois armes, le rle des paras algriens consisterait plus spcifiquement scuriser la frontire, occuper les points de ravitaillement et couper toute retraite aux groupes qui tenteraient de fuir les combats lEst libyen. Pour dissuader ceux qui souhaiteraient les rejoindre du Sahel, larme tchadienne soccupe de scuriser la bande dAouzou et le Tibesti, ne laissant que peu de marge de manuvre aux djihadistes. Larme franaise aurait galement fait appel aux lments du Commandement des oprations spciales dont un dtachement est stationn au Niger : ils disposent de moyens de surveillance bass au Tchad et au Niger ainsi que dhlicoptres dattaque Tigre et des Caracal pour le transport.

Exercice interarmes

Larme amricaine, dont la force dployable nest que de 5 800 hommes, bass en Espagne, reste dote de moyens logistiques impressionnants dont des Hercules et V22 Osprey. Ces derniers traqueraient en ce moment mme les groupes djihadistes dans le Sud libyen et scuriseraient les sites ptroliers. Lobjectif pour lANP : nettoyer les villes de Nallout et Zentan, proches de la frontire tunisienne, camps dentranement djihadistes, vritables plateformes pour lenvoi darmes vers lAlgrie. Ils doivent ensuite pousser vers loasis de Sabha, vritable nud logistique du dsert libyen.

Selon une source militaire, toute cette opration a t maladroitement camoufle par ltat-major qui a organis la hte un exercice interarmes aux confins du Sahara, le 28 mai pass, en bricolant mme une vitesse folle une mission de tlvision o sentremlent des squences darchive dautres plus actuelles. La veille, le gnral Boualem Madi, patron de la direction centrale de linformation et de lorientation au sein de lANP, dclarait sur les ondes dAlger Chane III que la situation aux frontires tait proccupante.


Akram Kharief


El Watan