Docteur, donnez moi ce médicament, je l’ai vu sur Internet, oui, sur Google. J’ai lu sur un site qu’il y avait un nouveau médicament, mettez le moi sur l’ordonnance. Docteur, j’ai vu ça à la télé dans la série « the doctors »

Beaucoup de malades en Algérie, vont directement à la pharmacie pour acheter des médicaments, sans passer par le médecin. Enfin, si, ils consultent plutôt la clinique du docteur Google, où ils n’ont pas besoin ni de faire la chaine, ni de débourser le prix de la consultation, et les médicaments sont prescrits. Et comme beaucoup de pharmacie vendent les médicaments sans ordonnance, alors c’est facile. Mais ce que les gens ignorent, se sont les conséquences et les effets graves que peuvent avoir les médicaments utilisés sans l’avis du médecin.
Beaucoup de gens préfèrent la clinique Google au médecin du quartier
S. K., âgé de 40 ans, ingénieur en informatique à Koléa, nous a raconté qu’à chaque fois qu’il se sentait malade, il consultait Dr. Google. Il interroge le moteur de recherche Google sur sa maladie, puis va s’approvisionner en médicaments chez le pharmacien du coin, qui les lui vend sans demander l’ordonnance.
A. C., 25 ans, nous confie qu’il consultait rarement les médecins. Chaque que je me sens malade, j’appelle mon oncle, médecin à Sétif. Je lui raconte tout et il me prescrit des médicaments que j’achète chez le pharmacien.
Le professeur avait échoué… Google a pu le soigner !
Le jeune N. K., habitant le quartier populaire de Bab El Oued, handicapé moteur, sur un fauteuil roulant, nous confie que le professeur qui suivait son cas, au CHU de Béni Messous, n’avait rien pu faire pour lui. Il est resté dans cet hôpital pendant un mois sans résultats. Le professeur lui annonce que son cas était désespéré. Un mois plus tard, un de ses proches l’oriente vers un neurologue au CHU de Bachdjarah. Ce dernier lui prescrit quelques antibiotiques et le jeune homme commence à bouger ses membres inférieurs petit à petit.
Il s’est avéré que ce dernier suivait à la lettre les instructions données sur Google pour le traitement de certains cas comme le sien. Le professeur l’informe alors que sa paralysie avait été causée par la piqure d’un insecte lorsqu’il pratiquait le sport dans la forêt de Bouchaoui, à l’ouest d’Alger.
Heureux, le jeune homme lui répond : Hamdoulillah, il y a le docteur Google !
Ennahar/ Asma Menouar