INSOLITE - Des tudiants du MIT ont dvelopp un outil radical pour dtourner les accros Facebook du rseau social. L'appareil envoie des petites dcharges lectriques lorsqu'on reste trop longtemps sur le site.



Une repose-poignets reli un botier dtecte le temps pass surfer sur Facebook et envoie une dcharge lectrique en cas de dbordement. Effet garanti sur la personne accro. Le logo de cette thrapie de choc pour inciter les accros Facebook limiter leur temps pass sur le rseau social Photo Repose poignets

Cette thrapie de choc (lectrique) a t nomme "Pavlov Poke". Elle a t mise au point par deux tudiants du clbre MIT (Massachusetts Institute of Technology, aux Etats-Unis) afin de dmotiver les accros Facebook de passer trop de temps sur le rseau social. L'outil propose un systme radical pour perdre cette mauvaise habitude : des petites dcharges lectriques.
S'inspirant des expriences d'Ivan Pavlov, Robert R. Morris et Daniel McDuff ont mis au point cet appareil pour limiter leur temps de surf sur Facebook, qui pouvait dpasser les 50 heures par semaine. La machine relie l'ordinateur, sait en permanence ce que vous tes en train de faire : travailler, regarder un film, surfer sur la Toile et consulter le rseau social de Mark Zuckerberg. Dans ce dernier cas, le contrleur dcompte le temps pass et, aprs quelques instants, administre la personne une petite dcharge. Des chocs inoffensifs, mais nanmoins douloureux. L'ide est, peu peu, de dgoter l'utilisateur qui va rduire sa consultation de Facebook.
Pas de commercialisation prvue
Comment cela marche ? Les deux tudiants ont reli au botier de surveillance, compos d'uns systme repris dans la domotique, une sorte de repose poignets recouvert d'une surface mtallique et capable de lancer des petites impulsions lectriques la peau en contact. Rien de dangereux mais, voir la vido ci-dessous, ce n'est pas trs agrable vivre.
Les deux doctorants utilisent leur outil pour se sevrer de Facebook et passer plus de temps sur leurs travaux universitaires mais n'ont pas prvu - pour l'heure - de commercialiser leur invention. Il s'agit plus d'une blague de potache que d'un vrai projet scientifique. Pourtant, l'ide n'est pas dnue d'utilit puisque Robert et Daniel affirment qu'en moyenne les utilisateurs de Facebook restent sur le site 400 minutes par mois. Des recherches, publies notamment en 2012, avaient dj dmontr que les rseaux sociaux - et Internet de manire gnrale - pouvaient provoquer une addiction comparable au tabac, l'alcool ou au jeu. Fini de jouer, avec cette mthode, on passe la torture. Certes lgre mais la torture quand mme.
Limiter sa consultation de Facebook sans dcharge lectrique
Avant d'aller jusqu'aux dcharges lectriques, il existe d'autres mthodes pour limiter sa consommation de Facebook. On peut par exemple tlcharger les extensions StayFocused (Chrome) et LeechBlock (Firefox).
Pour les plus accros, on peut aussi installer Freedom (Windows et Mac) et Self Control permettent de bloquer sa connexion internet pendant une certaine dure afin de rester plus concentr