TRAFIC DE PASSEPORTS DU HADJ

Le fils d'un ancien ministre impliqué


Par Salim BENALIA
Même le Hadj n'échappe pas au trafic
La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme monte au créneau et dénonce la persistance du phénomène du business qui gangrène le cinquième pilier de l'Islam.
La Lddh invite en effet à ouvrir une large enquête afin d'éradiquer ce fléau nourri par une demande certaine et entretenu par des cercles VIP. A l'image des années précédentes, les services de sécurité viennent de débusquer, encore une fois un réseau qui active dans ce créneau qui semble rapporter gros à ses parrains.
Le Hadj 2014 est ainsi concerné par un micmac rondement mené par des réseaux très bien structurés. L'on évoque l'arrestation, puis le démantèlement d'un dangereux groupe spécialisé dans le commerce de passeports Hadj. Dans ledit groupe figure le fils d'un ex-ministre, rapporte notre confrère Echourouk, qui confirme l'implication de six accusés soumis à investigation.
La Lddh fait part également, via son bureau régional à Chlef, à l'ouest du pays, d'informations détaillées concernant ce coup de filet qui s'étend à plusieurs wilayas, notamment Chlef, Alger et les autres circonscriptions limitrophes. La Lddh rappelle la récurrence depuis quelque temps de problèmes auxquels font face les pèlerins à La Mecque.
Ces derniers étant le plus souvent victimes d'arnaques et d'escroqueries en tous genres. Elle cite, en outre, les nombreux sit-in devant l'ambassade d'Arabie Saoudite en vue de l'obtention d'un visa pour les Lieux Saints de l'Islam.
Dans son réquisitoire, la Lddh relève de nombreuses anomalies qui minent la législation algérienne en la matière et qui encouragent la persistance de passe-droits et autres combines dans l'univers, censé être immaculé du rite du Hadj.
Autant de points faibles qui n'assurent pas la protection des témoins ou de ceux qui sont susceptibles de dénoncer ce type de dépassement, note encore la Ligue. Aussi, la Laddh exhorte les pouvoirs publics à modifier la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption.
De même qu'elle propose l'amendement de l'article 96 du Code pénal algérien.
Le système des passeports spéciaux «hors quota» continue donc d'alimenter les sphères de la spéculation. Certains bénéficiaires n'hésitent pas à céder les documents de voyage au plus offrant. Les annonces sur des sites Internet spécialisés dans lesquelles une personne cherche un passeport Hadj sont légion. «Salam, je cherche passeport Haj 2014 pour moi. SVP c'est très important. Veuillez me contacter» lit-on sur quelques portails nationaux.