Un nouveau traitement du diabète serait de transformer les cellules du foie en producteurs d’insuline

Quand la thérapie de l’allotransplantation d’îlot pancréatique a été introduite pour la première fois, il a fourni l’espoir pour d’innombrables personnes diabétiques fatiguées des injections d’insuline quotidiennes. Pendant que la technologie livrait une grande de sa promesse, la société de médecine régénérative basée à Tel-Avis, Orgenesis, a développé son propre traitement qui selon cette entreprise, fait face aux nombreuses lacunes du traitement des îlots. En un mot, son approche consiste à convertir les cellules du foie du patient en des cellules qui produisent de l’insuline.
Dans le diabète de type 1, le pancréas ne produit plus d’insuline – une hormone qui supprime l’excès de sucre dans le sang. Généralement, l’insuline manquante doit être fournie sous la forme d’injections quotidiennes. Avec la thérapie de l’îlot, cependant, des groupes de cellules sont transplantées à partir d’un pancréas donneur venant d’une personne décédée, chez un patient diabétique.
Connu sous le nom d’îlots, ces amas ou groupes de cellules produisent de l’insuline dans le corps, donc aucune injection n’est nécessaire.
Parmi les inconvénients de l’approche, cependant, se trouve le fait qu’un pancréas de donneur compatible n’est pas toujours disponible. Même si c’est le cas, les bénéficiaires doivent prendre des médicaments immunosuppresseurs afin d’éviter les rejets des îlots, et ces médicaments peuvent entraîner des risques graves pour la santé et des effets secondaires.
Le système Orgenesis
Il implique la récolte de cellules du propre foie du patient, qui sont ensuite propagées dans le laboratoire. Un gène de contrôle maître connu sous le terme de PDX-1 est ensuite utilisé pour convertir ces cellules hépatiques cultivées en laboratoire dans ce que l’entreprise appelle les cellules productrices d’insuline autologues (AIP: Autologous Insulin Producing), qui sont similaires à celles des îlots en termes de fonctionnement. Les cellules AIP sont ensuite introduites de nouveau dans le foie via un cathéter, où elles sont prêtes à produire de l’insuline.
« Le foie et le pancréas sont étroitement liées en termes de fonctionnement et partagent un même endroit à l’origine dans l’embryon», a déclaré Scott Carmer, PDG de Orgenesis Amérique du Nord. « Si vous regardez certains animaux primitifs, il y a un seul organe qui a la fonction aussi bien de foie et que de pancréas. Parce qu’ils sont si étroitement liés, ajoutant du PDX-1 aux cellules du foie provoque une cascade d’expression de gênes qui change les cellules en des îlots pancréatiques. «


Selon Orgenesis, les avantages de sa technologie, notamment le fait qu’en raison de l’utilisation des propres cellules du patient, il ne manque pas de matériau donneur et aucun médicament immunosuppresseur n’est nécessaire. C’est également moins coûteux que d’autres approches, ne nécessite pas d’auto-surveillance ou d’autres travaux de la part du patient, et résulte dans la production de l’insuline quelques jours après l’introduction des cellules AIP.
Le système a déjà été testé sur du tissu de foie humain dans le laboratoire et sur des rats diabétiques. Des essais cliniques sur des humains sont espérés plus tard cette année.

http://www.orgenesis.com/news/news_releases/2014/07/orgenesis-signs-agreement-with-masthercell-to-scale-manufacturing-of-insulin-producing-liver-cells-to-combat-diabetes