Petroceltic International, une compagnie irlandaise opérant dans le domaine du pétrole et du gaz basée à Dublin et présente au Moyen-Orient, en Afrique du Nord ainsi que dans la région de la mer Noire, a vendu à la compagnie nationale d’hydrocarbures Sonatrach 18,375% de ses parts dans le contrat de partage de production Isarene couvrant les blocs 228 et 229a. Petroceltic a communiqué sur le sujet, pas Sonatrach.


Cette information a été largement reprise par les agences de presse spécialisée. Petroceltic est cotée à la Bourse de Londres (London Stock Exchange) et à Irish Stock Exchange. Elle a affirmé avoir achevé cette vente, inscrite dans un contrat de vente et d’achat, une transaction de 180 millions de dollars.
La compagnie étrangère a obtenu un versement de 20 millions de dollars à la finalisation de la transaction. Le reste (140 millions de dollars de sa quote-part du coût de développement du projet Aïn Tsila et des payements des imprévus à hauteur de 20 millions de dollars), elle l’aura à l’achèvement de certaines étapes cruciales du projet. « La ratification formelle de ce contrat est une étape décisive dans le plan de financement global pour ce projet de développement », a commenté Brian O’Cathain, CEO de Petroceltic, cité par des médias. Au terme de la transaction, Petroceltic ne détiendra désormais que 38,25% d’intérêt, contre 43,375% pour Sonatrach et 18,375% pour l’italien Enel. Selon la juniore pétrolière irlandaise, Petroceltic, le permis d’Isarene représenterait 283 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Et il est possible d’en récupérer 70 milliards de mètres cubes. S’ajouterait à cela plus de 200 millions de barils de liquide. Cette découverte représente un volume plus de deux fois supérieur aux quantités révélées lors des premiers essais de prospection. Le lancement de la production, sous réserve de l’approbation de Sonatrach, est planifié pour 2017. Elle nécessitera un investissement de 1,7 milliard de dollars. Le permis, situé au sud du bassin d’Illizi, dans le sud-est de l’Algérie, était détenu par Petroceltic pour 56,625%, Sonatrach pour 25% et Enel pour 18,375%. Le puits AT-6, foré à une profondeur totale de 2 085 m sur le permis algérien d’Isarene (blocs 228 et 229a), a mis au jour du gaz.
Il s’agit du troisième puits foré dans le cadre de la campagne d’évaluation en cours de la découverte gazière Aïn Tsila. AT-6, qui visait à démontrer la présence de gaz au sud-est du champ, va à présent faire l’objet d’un test, a précisé la compagnie. «Les résultats préliminaires du puits AT-6 sont très encourageants et élargissent considérablement la zone prouvée du champ Aïn Tsila vers le sud-est», a déclaré le patron de Petroceltic, Brian O’Cathain. Situé dans le bassin d’Illizi, au sud-est de l’Algérie, le permis Isarene associe Petroceltic (opérateur, 56,625 %), Sonatrach (25 %) et Enel (18,375 %).


Auteur: Farid MESSAOUD
REPORTERS.DZ