Selon la déclaration de patrimoine qu'il a faite après son maintien à la tête de l'Etat algérien, grâce à la mascarade du 17 avril 2014 et celle que son frère Saïd vient de faire au quotidien Ennahar, où il affirme qu'il n'a pas reçu "un seul m2 depuis 15 ans", le président Bouteflika et son conseiller spécial seraient plus pauvres que les présidents José Mujica, d'Uruguay et Moncef Marzouki, de Tunisie et leurs vice-présidents.
Saïd Bouteflika et son frère président sur un fauteuil roulant pendant le vote à la mascarade électorale du 17 avril.
Certes, cette transparence concernant leur patrimoine honore les Bouteflika mais elle les ferait grandir considérablement aux yeux du peuple algérien s'ils lui diraient, la main sur le Coran, ensemble ou chacun de son côté :"Nous jurons que nous n'avons pas pris un seul centime de dinar, d'euro, ni un seul cent de dollar, ou centime de de yuan, ou de rouble convertibles, en dehors de nos salaires".
C'est tout de même bizarre qu'avec un salaire présidentiel de plus de 900 000 DA par mois, plus les nombreux avantages et cadeaux y afférents et trois mandats de cinq ans chacun, le célibataire Fakhamatouhou soit encore si mal loti ! Les Algériens n'ont tout de même pas oublié l'arrêt de la Cour des comptes publié par El Moudjahid le 9 août 1981.
Par ailleurs, en 40 ans, le budget de la Présidence de la République a pratiquement décuplé et il a presque quintuplé depuis 1999.
Les chefs d'Etat fainéants et bourrés de complexes cachent généralement leurs lacunes en privilégiant la forme sur le fond et vivent souvent dans un luxe indécent en dépensant sans compter les deniers publics. En effet, léger mouvement dans le corps des magistrats, minimouvement dans le corps des walis et des chefs de dairas, minimouvement dans le corps diplomatique et consulaire, minimouvement au sein de l'ANP, minimouvement des Directeurs d'écoles, minimouvement des directeurs d'établissements hospitaliers, minimouvement de Chefs d'agences postales ou bancaires etc... Mini ceci,mini cela.
L'Algérie, un immense pays, avec des problèmes gigantesques, est gérée a minima par un président, victime d'un mini-AVC, qui a réduit au minimum ses capacités physiques et mentales. Pleure o mon pays bien aimé !
Avec un si modeste patrimoine, Bouteflika serait-il donc victime, à l'instar de la veuve Betancourt, d'escroqueries de la part des uns et des autres ?
En tout état de cause, leurs richissimes amis tels Ali Haddad et consorts devraient songer à leur envoyer une partie de leur zakat pour 2014, qui leur permet de rendre hallal leur fortune en dinars et en devises, afin de leur garantir une vie décente durant leur retraite.
Car, si l'on a bien compris le message de Saïd Bouteflika relayé par des médias qui lui sont totalement inféodés, l'information, qui a circulé récemment sur les réseaux sociaux, selon laquelle Abdelaziz Bouteflika figure parmi les 10 chefs d'Etat les plus riches du monde, n'aurait donc aucun fondement.
Comme serait erronée l'information, prêtée àa M. Boualem Ghoulam Allah, l'ancien ministre des Affaires religieuses, relative au versement par Abdelaziz Bouteflika, au fonds de la zakat, géré par son département ministériel, de plus de 4 milliards de centimes de dinars, soit les 2,5% de sa fortune en dinars, représentant sa zakat pour 2012.