C'est dsormais la fin de la rcration pour les tlvisions prives. Le ministre de la Communication, Hamid Grine, l'a officiellement annonc en s'adressant ces mdias non agrs pour rappeler que les chanes qui ne disposent pas d'agrment doivent prsenter un dossier pour l'obtenir. Prcisant qu'en attendant, elles doivent s'abstenir d'mettre.

Grine a prcis ce propos que son dpartement n'acceptera pas la logique du fait accompli, estimant que cette situation est comparable celle d'une personne qui doit, pour entrer dans un pays, obtenir d'abord un visa. Il est vrai que la situation audiovisuelle est quasiment anarchique. La chane El Adjwa TV qui met alors que son directeur est en prison. La chane Hogar TV qui continue de couvrir les vnements politiques et conomiques du pays alors que la chane a cess d'mettre depuis octobre dernier, ou encore des chanes qui vitent de payer des impts ou qui dclarent leurs employs comme salaris des journaux de presse crite dont ils sont propritaires.

A cela s'ajoute une opacit grandissante dans la composante des propritaires de certaines chanes prives. Hormis quatre chanes qui ont dpos leurs dossiers au niveau du ministre de la Communication, comme Ennahar TV Echourouk TV, Dzair TV et Numidia News, la majorit des chanes continue de maintenir le secret sur leur dmarche administrative ou leurs vritables actionnaires. Et pourtant, il existe des chanes qui souhaiteraient acclrer leur installation en Algrie, mais qui redoutent un refus des autorits locales, c'est le cas de la chane Bilad TV et KBC qui sont considres comme des chanes plutt professionnelles techniquement et thmatiquement. Mais d'autres chanes sont valider dans le paysage audiovisuel algrien comme tant des tlvisions grand potentiel. C'est le cas notamment de Samira TV, Beur TV ou encore El Haddaf TV. Des tlvisions qui ont parfois gagn leur place dans le paysage tl algrien, mais qui n'ont pas les moyens d'aller de l'avant.

Il est tonnant que jusqu' maintenant ces tlvisions survivent grce leurs ressources internes et s'imposent grce leur savoir-faire diffrents dans le traitement des autres tlvisions prives. Il est clair qu'avec ce message, le ministre de la Communication Hamid Grine, a voulu mettre un terme la cacophonie qui existe dans le paysage audiovisuel algrien, comme il a rgl quelques aspects de la rglementation audiovisuelle.

Pour russir son pari il devra faire le mnage et rduire ses 40 chanes une dizaine et amliorer ainsi le contenu de certains programmes. Pour ce faire, deux entits sont en train de faire la politique de l'audiovisuel algrien: l'Arav de Miloud Chorfi non encore complte de ses membres et le ministre de la Communication Hamid Grine qui demeure lgalement le seul responsable de la tenue de route des tlvisions prives