Le Doha Institute, ou Centre arabe pour les recherches et études politiques, vient de publier son 4ème Indicateur sur le monde arabe ; cela consiste en un sondage portant sur une série de questions sur la politique, l’islam, la conception des deux par la population… Les réponses apportées par les Marocains sont édifiantes.
Pour cet Indicateur, ou rapport, 18.311 personnes de 12 pays arabes ont été interrogées directement par les sondeurs lors d‘entretiens en face-à-face, respectant les catégories sociales et professionnelles des personnes interrogées. Les techniques modernes de sondages ont été utilisées pour établir les statistiques et données par pays, avec une marge d’erreur de 2 à 3%.
1/ La peur de critiquer le gouvernement.
A la question de savoir s’ils pensent pouvoir critiquer leur gouvernement sans crainte de représailles, Les Marocains ont été 68% à répondre par l’affirmative mais, chose curieuse, 26% des sondés pensent devoir s’attendre à des répercussions s’ils critiquent l’action de leur gouvernement.
Le Maroc se situe 4ème des pays sondés, après le Liban (83%), la Tunisie (81%) et, plus curieusement, la Mauritanie (78%). Les Algériens et les Egyptiens, avec respectivement 43% et 41%, ont manifestement peur de leur gouvernement. Quant aux Saoudiens, ils en ont très peur… 36% pensent qu’il vaut mieux s’abstenir de critiquer leur exécutif.
2/ Comment s’informer ?
« Quels sont les médias les plus sollicités pour s’informer sur la situation et les événements politiques ?». Les Arabes, d’une façon générale et à différents niveaux, s’informent essentiellement sur les télévisions satellitaires. Au Liban et en Irak, ces télés représentent 93% des sources d’information, contre 4 et 5% pour le net.
Au Maroc, 68% des gens tirent leurs informations des chaînes de télévision, mais 14% s’informent sur internet. En revanche, seuls 6% privilégient les journaux (papier et leurs sites) et 8% les radios. Pour internet, les Marocains avec leurs 14% viennent en 3ème position, après la Palestine et le Koweït.
3/ Excommunier ou pas ? Voilà la question…
Les sondeurs ont posé la question de savoir si leurs interlocuteurs pensent qu’il faille « excommunier » les adeptes d’autres religions. Le terme « excommunier » signifie ici montrer de l’hostilité car si les concernés par la question sont d’une autre religion que l’islam, il ne sert à rien de les excommunier…
Les Marocains répondent non à 63%, dont 23% qui refusent catégoriquement l’excommunication (moyenne arabe de 30%) et 40% qui la refusent tout court (moyenne arabe de 42%). C‘est relativement inquiétant car si on agrège les deux réponses (non catégorique et non simple), le Maroc vient aux dernières positions de ceux qui pensent qu’il ne faut pas marquer son hostilité aux adeptes d’autres religions.

Les autres pays affichent des résultats plus « tolérants »… Le Liban et la Tunisie à 88%, le Koweït 85%, la Jordanie 82%, l’Egypte et même l’Arabie Saoudite à 71%. Les Algériens, eux, sont à 43%...

Et après cela, on ira dire que le Maroc est un pays de tolérance…
4/ Peut-on utiliser la religion en politique ?
Les Marocains restent sur la même tendance par rapport aux autres pays arabes… 72% pensent qu’il ne faut pas instrumentaliser politiquement la religion (29% d’absolument non et 43% de non). Le Liban, la Tunisie, l’Irak et le Koweït sont à plus de 8%.
5/ Quelle opinion avez-vous de Daech ?
On pourrait supposer que les Arabes seraient unanimes, ou presque, à condamner l’organisation terroriste implantée en Mésopotamie. Mais non, il existe une proportion considérable de personnes qui ont une opinion positive, voire très positive, de Daech !!
Au Maroc, 68% ont une opinion très négative de l’organisation, et 15% en ont une opinion relativement négative, soit 83% au total. Mais, en revanche, ils sont 5% de nos compatriotes à avoir une opinion relativement positive de Daech et 3% déclarent en avoir une opinion très positive !! Inquiétant…
Seuls nous dépassent dans les « opinions très positives de Daech » l’Algérie et le Soudan, avec 5% chacun, et la Mauritanie, où ils sont 10% à avoir une opinion très positive du groupe terroriste.
A supposer que la marge d’erreur est de 3% pour ce sondage, cela laisse quand même quelques dizaines de milliers de Marocains qui ont de l’organisation d’al-Baghdadi une opinion très positive ; et pourtant, dans les médias, et surtout les télés sur lesquelles s’informent plus des 2/3 des Marocains, l’image de Daech est invariablement associée aux atrocités, décapitations, lapidations, crucifixions, incinérations…