La chronique de Benchicou : Comment Bouteflika a ruin les espoirs conomiques algriens (1)
TSA - le 6 aot 2014 17 h 09 min - Mohamed Benchicou.



1. Il y a quinze ans, il promettait de faire de lAlgrie lEden africain.

Aujourdhui, la Banque dAlgrie nous annonce notre entre en enfer : dans sa note de conjoncture conomique pour le premier trimestre 2014, publie lundi 4 aot, elle nous confirme ce que lon redoutait : avec la baisse des revenus ptroliers, notre pays sinstalle dans le noir. Comme il y a quinze ans, lAlgrie ne sait toujours rien faire dautre que de vendre du ptrole. Du ptrole et pas autre chose. Bouteflika, la diffrence de ceux qui lont prcd, a fait du ptrole le moteur de sa stratgie de pouvoir : le ptrole pour acheter la paix sociale, le ptrole pour inonder les souks et flatter les estomacs, le ptrole pour enrichir la pgre ptrolire internationale et sassurer de son amiti, le ptrole pour soffrir une rputation

Le pays qui consacrait une enveloppe de 8 milliards de dollars aux achats ltranger sous Zroual, en dpense presque sept fois plus sous Bouteflika : plus de 55 milliards de dollars en 2013. Cest le prix de la tranquillit. Pourquoi produire, dans ces conditions ? Le choix du clan Bouteflika tait fait : alliance avec les barons du march informel, les seigneurs de limport ; au diable les managers investisseurs ! son arrive, en 1999, lAlgrie tait dpendante 98% du ptrole ; quinze ans plus tard, nous sommes toujours dpendants 98% du ptrole. Le choix de lquipe au pouvoir fut de privilgier lconomie rentire et lconomie de cration de richesses. Une usine a met du temps se monter tandis quun conteneur arrive en 48 heures au port.

2. Il y a quinze ans, il promettait de faire de lAlgrie le plus grand dragon arabe et africain.

Comme les Corens, plus grand dragon dAsie, devenus treizime puissance conomique mondiale en quinze ans ! Quinze ans ! Le temps pass par Bouteflika nous gouverner.

dfaut dtre les dragons de lAfrique, nous en tions devenus lOncle Picsou. Il y avait tellement dargent dans les caisses et si peu de projets, que nous en avons prt au Fonds montaire international ! Il faut dire quen 2011, lexcdent commercial tait de 20 milliards de dollars. Un pactole en ces temps de Printemps arabe et de menaces sur les autocraties ! Bouteflika dgage ! ? Mais pourquoi, quand il y a tellement dargent pour tous ?

On garda Bouteflika et ses milliards. Bouteflika et son absence de vision. On oublia que le ptrole cest comme un mensonge, que son effet ne dure quun temps.

Lalerte de la Banque dAlgrie du 4 aot dernier rappelle que lAlgrie na plus les moyens de sa politique. Oncle Picsou est sur la voie dtre ruin. Le ptrole cher, cest fini ! Le pays dpend 98% du ptrole mais le ptrole ne rapporte plus comme avant. Il se rarfie : les quantits dhydrocarbures exportes ont baiss de 7,3%, en 2013. Nos jours sont compts. Sauf miracle, bien entendu. Mais en conomie, les miracles se construisent. Chez nous, en quinze ans, il ne sest rien construit de solide. Sauf, peut-tre une quipe de football, avec des gamins ns en France, forms en France et qui jouent pour nous, le temps dune Coupe du monde, le temps doublier quon ne sait rien faire que de vendre du ptrole, que nos jours sont compts et que les miracles se construisent.

Le march stait retourn brusquement, rsultat de la crise financire mondiale, de la constitution dimportants stocks de ptrole aux tats-Unis et de loffre additionnelle de sources dnergie non conventionnelle. En plein feuilleton Val-de-Grce, pendant quon suivait les matches de qualification pour la Coupe du monde de football, on apprit la chute effarante de lexcdent commercial pass de 20 milliards de dollars en 2011 0,13 milliards de dollars. Il y avait moins de ptrole vendre, les prix taient en baisse et lAlgrie importait toujours plus avec moins de rentres.

Nous sommes coincs.

3. Mais cette note du 4 aot finira dans la poubelle, comme toutes celles qui lon prcde.

Les dirigeants politiques naiment pas quon leur mette sous le nez leurs checs puisque, comme chacun le sait, nous vivons dans le plus beau pays du monde, sous la protection de gouvernement vigilant.

Quand une bouche plus courageuse que dautres formule une vrit, elle est immdiatement contredite par les virtuoses du poker menteur. Lex- P-DG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, qui sait de quoi il parle, annonce que les gisements de ptrole sont en dclin et les rserves sont modestes ? Il est immdiatement contredit pas son ministre de tutelle, Youcef Yousfi pour qui lAlgrie continuera produire du ptrole et des hydrocarbures en gnral pendant de longues annes encore . Et lorsque le ministre des Finances, Karim Djoudi, laisse entendre quil ny a plus dargent en caisse, que les salaires comme les pensions ne seront plus augments, il est aussitt recadr par le chef du gouvernement, Abdelmalek Sellal, qui jure ses grands dieux que tout va merveille dans ce territoire coup du monde qui sappelle lAlgrie.

Et puis, nous qui ne sommes jamais devenus dragons de rien, ou alors un dragon dent, nous sommes quand mme plus forts que la Core, dragon asiatique ! Qui na pas dans, au deuxime but de Halliche ?

En quinze ans, la Core a appris vendre la dernire technologie ; nous, des illusions.

Pour notre grand malheur, un match de football ne dure que 90 minutes ; le mandat de Bouteflika, cinq ans.

Une Coupe du monde sachve au bout dun mois, le rgne de Bouteflika, jamais.

L'Algrie table en 2014 sur un PIB de 227 milliards de dollars (+4,5%)
APS - lundi 26 mai 2014 19:40
Les prvisions tablent sur 4,5% de croissance en 2014.

En 2013, le PIB de l'Algrie s'est tabli 15.521 mds de DA, un peu moins que les prvisions prcdentes de 17.771 mds de DA, anticipes par la DGPP, selon les chiffres de clture de cette direction.

L'conomie algrienne devrait crotre de 4,5% en 2014, soit un PIB de 18.191 milliards (mds) de DA (environ 227,3 mds de dollars) contre 3% en 2013, selon des chiffres publis par la Direction gnrale de la prvision et des politiques (DGPP) du ministre des Finances.

Le ministre des Finances table en 2014 sur la relance de la croissance conomique qui s'est tasse en 2013 3%, aprs avoir atteint 3,3% en 2012.

En 2013, le PIB de l'Algrie s'est tabli 15.521 mds de DA, un peu moins que les prvisions prcdentes de 17.771 mds de DA, anticipes par la DGPP, selon les chiffres de clture de cette direction.

Si la croissance globale va connatre une progression significative en 2014, celle hors hydrocarbures se maintiendrait la baisse, toujours selon les projections de la DGPP.

La croissance du PIB hors hydrocarbures, devrait s'tablir 5,4% en 2014 aprs avoir atteint 6,3% en 2013 et 7,1% en 2012.

Dans le dtail, le niveau de croissance prvu pour 2014 est principalement imputable l'volution en termes rels de la valeur ajoute du secteur des hydrocarbures, dont la part dans le PIB devrait s'accrotre de 2,6% aprs deux annes de baisses conscutives en 2013 (-3,9%) et en 2012 (-3,4%).

Les hydrocarbures devraient reprsenter 27,5% du PIB en 2014, selon les projections de la DGPP. Le gouvernement avait tabl dans sa loi de finances de 2014 sur une progression de 2,1% des volumes des exportations hors hydrocarbures.

En 2012 et 2013 la croissance conomique de l'Algrie a pti de la baisse de la production ptrolire et gazire.

En revanche la croissance du secteur de l'agriculture devrait s'inscrire en baisse 6,4% aprs avoir atteint 10% en 2013 et 7,2% en 2012. Sa part dans le PIB devrait atteindre 10,1%.

L'industrie se maintiendrait autour de 5%, presque le mme taux de 4,9% prvu en clture pour l'anne 2013.

Le secteur du BTP, vritable locomotive de la croissance hors hydrocarbures en Algrie, devrait afficher galement une croissance en baisse 6,8% en 2014 contre 7,8% en 2013.