Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 20 novembre pour le lancement de la campagne nationale de dépistage du Sida, le secrétaire général du ministère de la Santé Abdelali Belghiti Alaoui a annoncé que le Maroc enregistre une faible séroprévalence du VIH/Sida qui ne dépasse pas les 0,14%. La campagne s’inscrit dans le cadre des objectifs de développement durable et s’étendra du 30 novembre au 11 décembre.
Le Dr Belghiti a également déclaré que 2.000 personnes ont été atteintes du virus en 2014 contre 3.600 en 2011, et que 1.100 malades ont trouvé la mort l’année dernière. Le nombre de personnes vivant avec leur virus, grâce notamment aux traitements existants, est passé de 4.047 en 2011 à 8.326 en 2015. L’objectif du dépistage est le traitement, mais aussi la sensibilisation, car une personne informée de son mal prend des précautions et ne le transmet pas.
Par ailleurs, la moitié environ des 10.633 cas recensés en juin dernier (sur une population totale de sidéens estimée par le ministère à 29.000) est concentrée dans les trois régions que sont Souss Massa, Marrakech Tansift et le Grand Casablanca. Les tests de dépistage vont aller essentiellement à ces régions.
Les contaminations se font dans 85% des cas par des relations sexuelles hétérosexuelles, et 3% par rapports homosexuels, sachant que 4% des personnes infectées par le virus l’ont été par la mère et 2% par le biais de la drogue.
Par tranche d’âge, la part des jeunes de 15 à 24 ans atteints du virus du Sida est de 8%, contre 65% pour les personnes âgées de 25 à 44 ans.
Les opérations de dépistage sont effectuées dans plus de 800 centres dédiés, qui ont permis des analyses sur un effectif décuplé de 2011 à 2015, au profit d’une population de 628.959 individus, dont 13.650 femmes enceintes.