L’affaire qui fait la une médicale à Oran , est celle qui a vu les le Professeur de Chirurgie Osseuse Chef de service du CHUO suspendu en attendant les suites de l’enquête en cours déclenchés après le décès d’un jeune blessé de l’avant bras qui avait été opéré dans une clinique privé par le dit praticien Le patient avait eu un accident de travail qui lui avait coupé une partie de l’avant-bras. Le chirurgien selon la presse aurait pratiqué une opération « endemo-nerveuse » Je ne sais pas en quoi consiste ce type d’intervention dont le nom sera repris par tous les journaux sans plus d’explications
L’avant-bras blessé a eu des muscles coupés à hauteur de leurs tendons et des nerfs furent sectionnés. L’opération « endemo-nerveuse » serait la déformation de « réfection tendino-nerveuse »

Aussi simple que soit cette chirurgie périphérique pour un praticien osseux, le blessé devait présenter dan les deux jours suivants une insuffisance rénale fatale. L’autopsie ne retenant pas, comme prévu , de faute du praticien, ce dernier a été suspendu pour avoir exercé en clinique privé alors que cet avantage- activité complémentaire – avait été gelé par le Ministre. La clinique qui a toléré l’opération est qui est récidiviste, malgré les nombreux avertissements reçus par la DDS elle laissait les fonctionnaires, non autorisés opérer dans son enceinte, a été fermée par mesure conservatoire.