MOSCOU, 5 août - RIA Novosti


La Bulgarie ne reprendra sa coopération avec la Russie sur le projet de construction du gazoduc South Stream, destiné à acheminer le gaz russe vers l'Europe par le fond de la mer Noire, qu'après le "feu verte de la Commission européenne, a déclaré mardi le président bulgare Rossen Plevneliev.
Selon le chef de la Direction de la Commission européenne pour l'énergie Dominique Ristori, la Commission sera prête à reprendre les discussions avec la Russie sur le South Stream après que Moscou changera d'attitude envers le troisième paquet énergie.
La Commission estime que le projet South Stream n'est pas conforme aux normes du troisième paquet énergie qui interdit aux compagnies producteurs du gaz de posséder des pipelines principaux dans l'Union européenne.
De son coté, la Russie a entamé à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une procédure concernant l'application des normes de cette loi.

© RIA Novosti.

Le gazoduc South Stream
Le gouvernement bulgare a déjà suspendu les travaux selon le projet South Stream. Or, la chef de la diplomatie italienne Federica Mogherini, dont le pays assure à présent la présidence tournante de l'UE, a souligné que le gazoduc était "extrêmement important pour l'Italie, comme pour les autres Etats européens et toute l'Europe". Aussi, la ministre a-t-elle insisté sur la nécessité de trouver dans les prochains mois des solutions mutuellement acceptables concernant le projet South Stream.
Destiné à diversifier les itinéraires d'acheminement de gaz russe vers l'Europe, le gazoduc South Stream doit passer par le fond de la mer Noire pour relier la Russie à la Bulgarie. Sa construction a débuté le 7 décembre 2012 dans la région d'Anapa (Caucase russe). Le gazoduc comprendra quatre conduites dont la première doit entrer en service fin 2015.