Par : Youcef Salami

LAlgrie travaille lextension de la superficie des terres irrigues dans un ensemble de rgions. Elle veut la porter 1 million dhectares dici 2019, un projet dont il sera question dans les thmatiques agricoles discutes lors du sommet USA - Afrique, dont les travaux ont commenc lundi, Washington. Le sujet a galement t voqu par le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, dans une interview accorde au cabinet de recherche et de conseil Oxford Business Group (OBG) et dont nous avons obtenu une copie. Si le pays sattelle relever considrablement la superficie des terres irrigues, cest pour amliorer la scurit alimentaire et dvelopper une conomie agricole moins dpendante des hydrocarbures, note le ministre. Une question se pose cependant : lAlgrie a-t-elle les moyens de ses ambitions en matire agricole ? A-t-elle suffisamment de barrages pour pouvoir irriguer une telle superficie ? Hocine Necib se montre confiant, expliquant que, pour faire face au dfi davoir suffisamment deau, nous sommes en train de dvelopper une plus grande infrastructure. Cela, a-t-il ajout, permettra de donner plus dimportance aux rgions intrieures du pays et de crer des opportunits en dehors des grandes villes ctires. Aujourdhui, il est des rgions qui sont riches en potentiel agricole et industriel, mais qui souffrent dune menace constante de scheresse, ce qui empche les domaines agricoles de se dvelopper. La menace est pesante dans la rgion des Hauts-Plateaux, par exemple, o la question de lapprovisionnement en eau potable est loin dtre rgle. Elle le sera, peut-tre, dans les annes venir, si le gouvernement tient ses promesses. Pour linstant, le ministre en charge du secteur de lhydraulique rappelle les engagements pris par lExcutif dont il fait partie, pour que le problme dinscurit deau dans cette rgion soit rsolu. Il a ainsi voqu la mise en place dun grand projet de transfert deau depuis le wilaya dEl-Tarf, qui dispose de trois barrages. Un quatrime barrage sera, par ailleurs, construit dans la priode 2015-2019. De cette manire, a indiqu M. Necib, les zones les plus touches par la scheresse auront accs leau. Autre projet tudi par le ministre des Ressources en eau pour amliorer laccs leau : le dessalement de leau de mer. Le ministre considre, ce sujet, que la formule du dessalement est une bonne option pas trop coteuse, tant donn que lAlgrie est riche en gaz. La station de dessalement dEl-Hamma, dune capacit de 200 000 m3 par jour, est souvent prsente comme un projet russi en matire de dessalement. Elle est cense scuriser la capitale en alimentation en eau potable.
En Algrie, le dessalement se donne deux objectifs essentiels : dvelopper les infrastructures de leau, et le pays en a besoin, et moderniser le service public. Actuellement, lAlgrienne des eaux (ADE) et lOffice national dassainissement essayent damliorer le niveau de professionnalisme et de savoir-faire dans la gestion de leau. Mais, il reste beaucoup faire. Plusieurs projets sont dj lancs avec des entreprises trangres, telles que Suez Environnement ou Eau de Marseille, dans les villes dOran, dAlger, de Constantine ou dAnnaba, pour une meilleure gestion de leau.
LIBERTE