La rcente dcouverte de deux cas dinfection au corona virus en Algrie ravive linquitude quant une introduction de la maladie au Maroc. Des questions se posent. Quelles sont les mesures prventives? Le virus constitue-t-il un danger? Mdias24 a interrog le ministre de la Sant.
Le ministre de la sant algrien a publi, samedi dernier, un communiqu confirmant la dcouverte de deux cas atteints par le corona virus. Il sagit de deux hommes revenus de la Omra en Arabie Saoudite.
Quelques semaines seulement nous sparent de la vague de dparts pour la Omra du mois de ramadan, mais le ministre de la Sant ne semble pas sinquiter pour autant.
Mdias 24 sest entretenu avec Abderrahman Ben Mamoun, chef de division des maladies transmissibles au ministre de la sant. Pour lui, rien ne justifie ladoption de mesures urgentes. Les deux cas datteintes par le corona virus en Algrie nont toujours pas t confirm par lOMS, mais cela ne signifie pas que nous excluons lhypothse de leur existence, dclare A. Ben Mamoun avant dajouter quil ny a pas lieu dadopter dautres mesures que celles qui sont actuellement recommandes par lOMS.
Selon la mme source, la maladie est gographiquement confine dans la rgion Est de lArabie Saoudite, loin des lieux de plerinage. De plus, au niveau mondial, tous les cas dcouverts sont des cas imports. Cette ralit nexclut pas quil puisse y avoir des cas de transmission de la maladie dans les lieux saints au moment du plerinage.
Pour y remdier, le ministre de la Sant a pris une srie de mesures, inchanges depuis un mois. Dans une dmarche prventive, des dpliants seront distribus dans les aroports aux voyageurs en partance vers lArabie Saoudite. Cette note insiste principalement sur lhygine et la propret, comme meilleurs moyens de se prmunir contre le danger dune infection. De plus, des masques seront distribus aux plerins avant leur dpart, et ce pour limiter les risques de contagion lie la proximit.
Ce mme dpliant dicte la conduite tenir en cas dapparition des premiers symptmes de la maladie. Nous recommandons de consulter un mdecin ds lors quun sujet prsente un cas de fivre, li des difficults respiratoires. Si les signes apparaissent au retour, il est primordial de faire un diagnostic dans lun des deux centres agrs; linstitut Pasteur Casablanca, ou linstitut national de la sant Rabat, insiste A. Ben Mamoun.
Pour lheure, lextension de la maladie nest pas inquitante. Notre interlocuteur estime que le nombre de cas de transmissions entre humains nest ni important, ni inquitant. Actuellement, les cas dinfections sont prcisment localiss dans les frontires avec les Emirats Arabes Unis. Il peut sagir dune souche qui trouve son foyer chez les dromadaires. Et dajouter: il est fort possible que la vitesse de propagation du virus diminue lorsque ce dernier se sera humanis. Lhumain dveloppera les dfenses immunitaires pour labattre. Ctait dailleurs le cas du virus H1N1 dont on nentend presque plus parler, aujourdhui.

media24