Le ministre de lEnergie, des mines, de leau et de lenvironnement, Abdelkader Amara | MAP/Archives


"Les autorits marocaines ne cderont aucune pression ou chantage concernant la scurit nergtique du pays", a assur, mardi Rabat, le ministre de lEnergie et des mines, Abdelkader Amara.



Rpondant une question orale sur la crise de la Samir, prsente par des groupes parlementaires la Chambre des Conseillers, Amara a indiqu que cette position a t signifie Cheikh Mohamed Al Amoudi, prsident du Holding Corral Petrolium, actionnaire majoritaire de la Samir, lunique raffinerie du Maroc. Il a t demand aussi au responsable du Holding "d'assumer toute la responsabilit de la crise de la Samir, qui reste lourdement endette auprs du secteur bancaire marocain et international", a rappel le ministre.
Pour Amara, la "solution du problme de la Samir passait imprativement par le rglement de ses dettes", faisant endosser la responsabilit de la crise actuelle "au principal actionnaire qui a gr la raffinerie depuis sa privatisation".
Aprs la privatisation de la Samir, l'acqureur (Holding Corral Petrolium) n'a pas veill respecter les engagements contenus dans le cahier de charges, alors que l'Etat marocain a excut l'ensemble de ses engagements contractuels, a soulign le ministre.
La Samir a suspendu ses activits de raffinage mercredi 5 aot. Le march na pas tard ragir puisque le titre Samir a abandonn 10% de sa valeur clturant 127,8 dirhams le jour mme la Bourse de Casablanca. Le lendemain, sa cotation valeur a t suspendue par le gendarme de la bourse.