WASHINGTON- Plusieurs investisseurs dans le schiste aux Etats-Unis commencent connatre un niveau d'endettement fortement lev en raison des grosses dpenses mobilises dans les forages alors que les chiffres d'affaires savrent plutt faibles, rapporte l'agence amricaine d'information conomique et financire Bloomberg.

Le montant de la dette contracte pour investir dans le schiste a presque doubl entre 2010 et 2014, tandis que les revenus financiers de la production n'ont pas suivi le mme rythme en augmentant de seulement 5,6%, selon une enqute mene par Bloomberg auprs de 61 entreprises amricaines d'exploration et de production de schiste.

''La liste des entreprises amricaines du schiste qui sont en difficult financire est considrable'', selon une socit new-yorkaise de gestion des actifs du secteur de lnergie, ajoutant que ''ce n'est pas tout le monde qui va survivre'' dans l'investissement dans le schiste aux Etats-Unis qui exige une forte intensit capitalistique.

Le problme est que de nombreux puits de ptrole et de gaz de schiste gnrent, au dpart, une importante production au cours de la premire ou les deux premires annes, mais qui est suivie d'une chute brutale de la production, expliquent les experts cits par Bloomberg.

Si les entreprises n'auront pas pay leurs dettes, elles peuvent alors avoir beaucoup plus de difficults les rembourser et tombent dans une spirale dans laquelle une plus grande part de leurs revenus de la production doit aller vers le remboursement de la dette, souligne cette agence.

Les foreurs sont alors pris dans une impasse en continuant emprunter massivement pour financer leurs activits afin de tenter de compenser les baisses brutales de production des puits de schiste, relve-t-elle encore.

Pour Virendra Chauhan, analyste du secteur ptrolier et auteur d'un rapport intitul "l'autre conte du schiste'', le risque pour les producteurs de schiste est qu'en raison des taux de dclin de la production, leurs dpenses en capital sont constamment leves alors que le remboursement de leurs dettes engloutit une part croissante du chiffre d'affaires.

Outre cette tude de Bloomberg, des experts du site britannique d'information et d'analyse nergtique ''Oil price'' se montrent prudents quant aux prvisions faites par l'Agence internationale de lnergie et les grands majors ptroliers selon lesquelles les Etats-Unis deviendraient, dans quelques annes, un exportateur net de ptrole et de gaz grce l'essor de la production de ptrole et de gaz de schiste.

Pour ces experts, trois ''grands drapeaux rouges'' devraient freiner cet enthousiasme amricain: les taux d'puisement des puits de schiste, la baisse des prix du ptrole et du gaz en raison de la surabondance, et le surendettement de compagnies ptrolires et gazires amricaines pour les activits en amont dans le schiste.

Selon eux, les puits de ptrole et de gaz de schiste ont un taux rapide de dclin et d'puisement.

Citant des puits dans lOklahoma, la production moyenne de puits de ptrole de schiste a baiss d'entre 50 et 78% aprs la premire anne alors que celle du gaz de schiste a recul d'entre 50 et 75% aprs la premire anne.

Afin de maintenir le mme niveau de production face ce dclin drastique, les entreprises en amont doivent constamment forer de nouveaux puits.

Autre fait relev par Oil price est que le ptrole de schiste amricain a permis dviter une flambe des cours mondiaux de ptrole dans un environnement gopolitique mouvement avec des productions insuffisantes de la Libye, du Nigeria, du Venezuela et d'autres grands producteurs.

Mais dans le moyen terme, avancent ces experts, la production ptrolire mondiale devrait dpasser la demande une fois le retour la normale de la production de ces pays, gnrant une surabondance de ptrole qui va pousser les prix vers le bas.

Il serait alors difficile et coteux aux entreprises amricaines de schiste d'identifier et d'exploiter les puits de ces hydrocarbures non conventionnels en faisant face une baisse des prix du ptrole mais des cots plus levs d'exploration et de production qui rduiront leurs revenus et les profits.

C'est dans ce sens que ces experts considrent que les pronostics sur le boom amricain de schiste doivent tre plus mesurs et plus nuancs.

aps.dz