Gulfsands Petroleum annonce la découverte d’un potentiel gazier satisfaisant
sur le permis Lalla Yettou dans le Gharb. Par ailleurs, une nouvelle
exploration hydrocarbure commence sur le bloc offshore de la licence de Sidi
Moussa dans le sud du Maroc.

"Nous sommes très heureux d’annoncer les résultats positifs obtenus sur le forage du puits
LTU-1", déclare avec enthousiasme, Mahdi Sajjad, directeur exécutif de la firme Gulfsands
Petroleum dans un communiqué.

La compagnie d’hydrocarbures britannique, ravie en effet d’avoir achevé avec succès le
forage de son puits débuté le 20 juin dernier sur la licence nommée Lalla Yettou dans le
Gharb, évoque ainsi la présence d’un réservoir gazier prometteur.
Ce puits foré sur une profondeur de 1.182 mètres révèle la présence d’une poche renfermant,
selon les experts de la compagnie, un potentiel de près de 2 millions de mètres cube de gaz
par jour. Un réservoir satisfaisant ne contenant pas de formation d’eau et correspondant aux
attentes de pré-forage estimées par les spécialistes. Si ce potentiel se confirme, il s’agira alors
d’une découverte de toute petite taille, certes rentable pour la compagnie mais ne bouleversant pas les données énergétiques du Maroc.
Bien que le puits soit actuellement placé sous surveillance en raison d'une éventuelle
accumulation de pression, ce forage reste particulièrement encourageant selon la
compagnie. Son directeur exécutif affirme à cet effet que le puits LTU-1 "est le premier
emplacement foré suite aux données fournies par les récentes analyses sismiques en 3D sur
cette licence du Gharb". Et d’ajouter: "Nous espérons que ce forage constitue une base solide
pour les futures explorations hydrocarbures de ce permis".
Le bloc de Sidi Moussa dans le viseur
La firme Genel Energy, également britannique, détentrice de la licence offshore de Sidi
Moussa, aux larges des côtes atlantiques (à hauteur de Tiznit mais dans l’océan), annonce le
début du forage du puits SM-1. Cette dernière exploration signe la fin d’une série de forages
dits à "forts impacts" dans une zone toujours en attente de découverte.
Le forage du puits SM-1, exécutée par l’opérateur San Leon possédant 8,5% de cette licence
offshore, s’échelonnerait sur 60 à 90 jours, selon le communiqué de la firme relayé par le
site spécialisé Proactive Investors.
Pour le PDG de la compagnie San Leon, Oisin Fanning, "le Maroc reste l’une des dernières
régions sous-exploitées d’Afrique du Nord" tandis que le «forage du puits SM-1 constitue
une nouvelle étape vers la compréhension du potentiel d’hydrocarbures dans ce bassin".
Coram est déconnecté Réponse avec citation