L'humoriste maintient que Canal+ s'est plaint auprès de la direction de France Inter de sa chronique au vitriol sur Vincent Bolloré et "Le Grand Journal" en septembre dernier.



Il y a bien eu un coup de fil de Canal+ après une chronique de Charline Vanhoenacker. Invitée ce dimanche de "Médias, le mag" sur France 5 (dont puremedias.com est partenaire), l'humoriste et journaliste belge a confirmé ce coup de téléphone de Canal à la direction de France Inter, alors que la chaîne comme la station radio ont démenti son existence. "Je maintiens qu'il y a eu un coup de fil de Canal+. Je ne sais pas exactement qui à Canal+. Je maintiens qu'il y a eu un coup de fil de Canal+ à la direction de France Inter", réaffirme-t-elle ce dimanche.

"Domestique" contre "mépris"

Invitée le 21 septembre de la troisième édition de "Télérama Dialogue", une rencontre entre la rédaction de l'hebdomadaire et le public, Charline Vanhoenacker avait révélé que sa station avait reçu des plaintes de la chaîne cryptée suite à sa chronique au vitriol sur Vincent Bolloré et "Le Grand Journal". "Apres mon sketch sur Bolloré, Canal+ a appelé la direction de France Inter furax", avait-t-elle déclaré, assurant que cela "avait fait (son) bonheur".

Dans son billet, la chroniqueuse ironisait sur la reprise en main éditoriale souhaitée par le milliardaire breton ("L'esprit Canal c'est fini, place au Saint-Esprit !") et sur le manque de peps de la nouvelle émission du soir présentée par Maïtena Biraben, traitant cette dernière de "domestique". "Quand Charline Vanhoenacker a parlé de 'domestique', c'est la plus grande expression de mépris", avait répondu Maïtena Biraben quelques jours plus tard sur France Inter. Une accusation à laquelle répondra Charline Vanhoenacker aujourd'hui dans "Médias, le mag".